BFM Business

Etats-Unis: vers une nouvelle bulle immobilière?

La Fed soutien le marché immobilier américain avec des taux arrangeants.

La Fed soutien le marché immobilier américain avec des taux arrangeants. - -

Aux Etats-Unis, le soutien de la Fed au marché immobilier fait craindre une nouvelle bulle. Mais pour les experts, il s'agit avant tout d'un "rattrapage" après une chute drastique des prix.

L’immobilier sera l’une des clés de la semaine aux Etats-Unis. Les dernières tendances en matière de prix seront publiées, mardi 30 juillet. Puis mercredi 31 juillet marquera le retour de la Fed, avec sa réunion et sa décision sur les taux.

La Fed n’est pas étrangère à la reprise du marché de l’immobilier. Sa politique, très accommodante, a contribué à soutenir le marché. Mais désormais, les observateurs s’inquiètent: la reprise n’est-elle pas en train de se muer en bulle?

Avec des prix au plus haut depuis sept ans, et des transactions qui retrouvent leur niveau d'il y a cinq ans dans le neuf, l’immobilier se porte bien. Et peut-être même trop bien selon certains. Attention à la spéculation, disent des professionnels.

Conditions de crédits durcies

C’est ce qu'observe le n°1 de l'immobilier à New York, l'agence Douglas Elliman. Dans la ville, ce sont d'abord des investisseurs à la recherche de rendements qui font le marché. Ces investisseurs profitent aussi d'un niveau d'inventaires très bas.

L’agence observe aussi que pour les primo-accédants, les conditions de crédit se sont durcies. Depuis deux mois, il est vrai que le taux d'emprunt à 30 ans a pris un point de pourcentage.

Que veulent alors dire ces hausses de prix? Il s'agit bien d'une frénésie, mais pas de bulle en formation, tranche le chef économiste de Freddie Mac, l’un des deux grands noms du refinancement hypothécaire.

Pour lui, il y a un "effet rattrapage". A Las Vegas, Phoenix, ou San Francisco, par exemple, les prix se sont envolés. Mais acheter dans ces villes reste bien moins cher qu’en 2006, entre 25% et 50% de moins selon les cas.

Aurélie Boris et correspondante à New York