BFM Business

Etats-Unis: les salariés de Volkswagen ne veulent pas de syndicats !

L'industrie automobile reste l'un des derniers bastions du syndicalisme américain.

L'industrie automobile reste l'un des derniers bastions du syndicalisme américain. - -

Dans le sud des Etats-Unis, les salariés de l'usine du constructeur automobile allemand refusent qu'un syndicat s'implante. Une décision qui irrite les syndicalistes allemands et qui pourrait entraîner le report de nouveaux investissements de VW.

Le groupe Volkswagen pourrait renoncer à ouvrir de nouvelles usines aux Etats-Unis pour une raison inattendue : les ouvriers de Volkswagen dans le Tennessee ne veulent pas de syndicat !

La question a été posée, vendredi 14 février, aux ouvriers de l'usine Volkswagen de Chattanooga : "êtes-vous d'accord pour qu'il y ait un syndicat dans votre usine"? La réponse est non à 53%.

Chatanooga est dans le Tennessee, c'est-à-dire dans le sud des Etats-Unis où les syndicats sont mal vus. Au bord de l'autoroute, on peut voir un panneau publicitaire "le syndicat, c'est pour les loosers, pour les perdants".

L'emploi menacé

L'industrie automobile reste l'un des derniers bastions du syndicalisme américain. Mais dans le nord du pays, pas dans le sud.

Un fossé culturel qui vient se superposer avec un autre fossé culturel, celui de la cogestion à l'Allemande. Les syndicats allemands sont furieux du résultat du vote et menacent de bloquer, comme ils en ont le pouvoir, tout nouvel investissement dans le sud des Etats-Unis, y compris l’ouverture d’une nouvelle usine.

Tant pis si c'est mauvais pour l'emploi. Les syndicats allemands ne se laisseront pas contaminer par les Sudistes. La menace est claire : pas de syndicat pas d'usine !

Jean-Bernard Cadier correspondant à New York