BFM Business

Etats-Unis: les administrations fédérales menacées de fermeture

Les Républicains tentent pour la 40ème fois de torpiller l'Obamacare

Les Républicains tentent pour la 40ème fois de torpiller l'Obamacare - -

Républicains et démocrates restent en désaccord sur le budget 2014, mais doivent trouver un accord avant lundi minuit, faute de quoi l'Etat fédéral sera paralysé.

Aux Etats-Unis, l'exercice budgétaire démarre ce mardi 1er octobre. Un budget doit donc impérativement être adopté d'ici lundi minuit par le Congrès. Faute de quoi, les administrations fédérales seraient contraintes de fermer.

Problème: le Sénat (à majorité démocrate) et la Chambre des représentants (à majorité républicaine) n'arrivent pas à s'entendre. 

40 tentatives des Républicains

Vendredi, les Sénateurs ont adopté un budget finançant l'Etat fédéral jusqu'au au 15 novembre. Mais les Représentants ont rejeté ce texte dans la nuit de samedi à dimanche, et adopté un autre texte, qui finance l'Etat fédéral jusqu'au 15 décembre.

Surtout, le texte des Représentants reporte d'un an l'entrée en vigueur de la réforme du système de santé, et supprime une taxe sur les appareils médicaux créée par cette loi. Cette loi commence à s'appliquer le 1er octobre, et impose à tout Américain d'être assuré à partir du 1er janvier 2014. C'est la quarantième fois depuis son adoption que les Républicains tentent -en vain- d'abroger cette loi dite 'Obamacare'.

Le texte des Représentants sera sans nul doute rejeté par le Sénat à son retour en session lundi après-midi. Et de toutes façons, la Maison Blanche a d'ores et déjà annoncé que le président opposerait son veto à ce texte. "Les républicains de la Chambre sont si pressés de faire plaisir au Tea Party qu'ils ont menacé de fermer l'Etat fédéral ou pire, si je n'abroge pas la loi sur la santé ou lui coupe les fonds. Je l'ai dit hier, et je le répète: cela n'aura pas lieu", a déclaré vendredi Barack Obama.

Un précédent en 1996

La paralysie de l'Etat fédéral serait la première depuis janvier 1996, sous la présidence de Bill Clinton. En 2011, un bras de fer similaire avait été débloqué une heure avant l'échéance.

Des centaines de milliers de fonctionnaires pourraient être mis en congés sans solde dès mardi matin. La justice, la sécurité nationale, les opérations militaires et d'autres services jugés essentiels seront exemptés. Mais tous les parcs et musées nationaux fermeraient et les effectifs des administrations seraient réduits au minimum vital. La moitié des 800.000 civils du Pentagone seraient mis en congé sans solde, et les militaires pourraient ne pas être payés à temps.

Pour éviter tout retard dans le versement des soldes des militaires, les républicains ont fait adopter un second texte samedi pour garantir le paiement normal des soldats quoi qu'il arrive.

Un autre bras de fer a lieu en parallèle sur le plafond de la dette, qui doit impérativement être relevé avant le 17 octobre.

BFM Business.com avec AFP