BFM Business

Les Etats-Unis risquent de nouveau la paralysie budgétaire

Le Congrès et la Maison Blanche s'opposent sur le budget

Le Congrès et la Maison Blanche s'opposent sur le budget - -

Une fois de plus, les Etats-Unis risquent une paralysie budgétaire en raison de l'hostilité d'une partie du Congrès aux projets présidentiels. Cette fois, c'est la réforme du système de santé voulue par Barak Obama qui pose problème.

Une fois de plus, les Etats-Unis risquent une paralysie budgétaire. En effet, les élus républicains de la Chambre des représentants n'ont pas renoncé à saboter la réforme du système de santé voulue par Barack Obama. 

L'administration Obama a peu ou prou épuisé ses capacités d'endettement avec un plafond de 16.700 milliards de dollars. Mais elle a pour le moment évité tout défaut en mettant en oeuvre des mesures exceptionnelles.

Les républicains accepteraient donc de relever le plafond de la dette pour permettre aux pouvoirs publics de financer leurs actions jusqu'au 30 septembre, ce qui leur éviterait une cessation de paiement le 1er octobre, date du début du nouvel exercice budgétaire. Mais en échange, ils ne veulent plus entendre parler de réforme de la santé.

Faute d'accord au Congrès, le gouvernement sera confronté à une paralysie budgétaire qui l'empêcherait d'emprunter pour financer le remboursement de ses dettes dès la mi-octobre, selon le Trésor.

Plafond de la dette atteint

John Boehner, président de la majorité républicaine, est persuadé d'"obtenir une grande victoire à la Chambre". Pour autant, dans un communiqué, la Maison Blanche a fait savoir qu'elle opposerait son veto à ce texte qui "sert des intentions idéologiques étroites".

Promulguée en mars 2010, la réforme du système de santé baptisée Patient Protection and Affordable Care Act est considérée comme la principale réalisation du premier mandat de Barack Obama. Elle impose notamment à chaque Américain de disposer d'une couverture maladie minimum. Les républicains ont fait de son abrogation l'une de leurs premières priorités parlementaires lorsqu'ils ont retrouvé la majorité à la chambre à l'issue des élections de 2010.

La décision de mettre la réforme de l'assurance santé au centre des discussions sur le relèvement du plafond de la dette est une victoire pour l'aile conservatrice du parti républicain à la Chambre des représentants, qui a bataillé contre ses propres dirigeants. Ceux-ci craignent en effet qu'une telle lutte se révèle impopulaire.

Diane Lacaze avec Reuters