BFM Business

Défense: Boeing décroche deux méga-contrats pour 2 milliards de dollars

Le secteur aéronautique est parmi les premières victimes économiques de la pandémie de Covid-19 et Boeing était déjà englué dans la crise de son 737 MAX

Le secteur aéronautique est parmi les premières victimes économiques de la pandémie de Covid-19 et Boeing était déjà englué dans la crise de son 737 MAX - MANDEL NGAN / AFP

Le géant américain va notamment livrer plus de 1.000 missiles sol-air et anti-navires à l'Arabie saoudite, a annoncé le Pentagone mercredi.

Bouffée d'oxygène pour Boeing. Le groupe américain a décroché mercredi deux contrats pour un total de plus de 2 milliards de dollars afin de livrer plus de 1.000 missiles sol-air et anti-navires à l'Arabie saoudite, a annoncé le Pentagone mercredi.

Un premier contrat de 1,972 milliard de dollars porte sur la modernisation du missile de croisière SLAM ER de Boeing Defense, ainsi que sur la livraison de 650 exemplaires "en soutien au gouvernement d'Arabie saoudite", précise le Pentagone dans le document qui annonce quotidiennement les contrats passés par le ministère de la Défense.

Le SLAM ER est un missile de croisière air-sol guidé par GPS d'une portée maximale de 155 miles nautiques (environ 290 kilomètres).

3 milliards de dollars de commandes au total

Le Pentagone a aussi annoncé un contrat de près de 660 millions de dollars pour livrer une nouvelle version du missile anti-navires Harpoon, dit Block II, dont plus de 400 à l'Arabie saoudite. D'autres seront livrés au Brésil, aux Pays-Bas, au Japon, à la Thaïlande, à la Corée du Sud, au Qatar et à l'Inde.

Dans un communiqué séparé, Boeing, affirme que ces contrats vont non seulement permettre d'assurer la poursuite de la production du Harpoon jusqu'à la fin 2026, mais aussi permettre de redémarrer la chaîne de production du SLAM ER.

Le constructeur, qui a livré son dernier missile de ce type en 2008, estime le montant total des contrats à 3,1 milliards de dollars en tenant compte d'une commande annoncée précédemment, a précisé une porte-parole de l'entreprise.

OC avec AFP