BFM Business

Crédits européens : la France tombe dans les pommes

La France n'a utilisé que 10% des crédits auxquels elle pouvait prétendre

La France n'a utilisé que 10% des crédits auxquels elle pouvait prétendre - -

Alors que Bruxelles réclame 9 milliards d'euros aux états membres pour boucler son budget 2012, la Commission européenne constate que la France ne sait pas toujours profiter des crédits dont elle a droit. Exemple avec les pommes.

"Manger des pommes" : le slogan de Jacques Chirac pour la présidentielle de 1995 n'a visiblement pas inspiré ses successeurs à la tête de l'Etat.

En 2009, l'Union européenne a lancé un programme "Scholl Fruit Scheme" destiné à promouvoir la consommation des fruits et légumes auprès des enfants de 6 à 10 ans. En pratique, des distributions gratuites sont effectuées plusieurs fois par semaine dans les écoles primaires. La France a, elle, choisi de distribuer à ses écoliers des pommes produites localement.

Pour l'année scolaire 2012-2013, Bruxelles a ainsi versé 90 millions d'euros de crédits aux 24 pays de l'UE -dont la France- participant à ce programme.

Sous utilisation des crédits

Or, selon des documents budgétaires provenant de direction de l'Agriculture et du développement rural de la Commission européenne, la France est lanterne rouge des pays de l'UE pour l'utilisation de ces crédits européens.

Pour l'année scolaire 2010-2011, elle a utilisé moins de 10% des crédits auxquels elle pouvait prétendre. Le Portugal, la Bulgarie et la Roumanie font légèrement mieux avec environ 15%. Mais la République tchèque, l'Irlande, l'Italie ou le Luxembourg savent profiter à 100% des crédits européens. Entre les deux, les Polonais, les Hollandais et les Slovènes dépensent la moitié de leurs crédits potentiels.

Le ministère de l'Agriculture français reconnait être passé à côté de l'opération, par méconnaissance du dispositif !

Patrick Coquidé