BFM Business

Carlos Ghosn change d'avocat... mais pas de défense

Junichiro Hironaka, nouvel avocat de Carlos Ghosn, sera chargé de porter sa défense, toujours bâtie sur une négation ferme des faits qui lui sont reprochés.

Junichiro Hironaka, nouvel avocat de Carlos Ghosn, sera chargé de porter sa défense, toujours bâtie sur une négation ferme des faits qui lui sont reprochés. - Behrouz MEHRI / AFP

Après la renonciation de son précédent avocat Motonari Otsuru, Carlos Ghosn a engagé un nouvel avocat et continue de clamer son innocence.

Changement d'équipe, mais pas de ligne de défense. Et c'est sans doute la parfaite illustration de la détermination de l'ancien Président de Nissan. Après la démission de son avocat principal, Motonari Otsuru, et de son équipe, Carlos Ghosn a décidé de s'adjuger les services d'un avocat plus médiatisé, habituel défenseur de célébrités et d'hommes politiques japonais, Junichiro Hironaka.

Carlos Ghosn remercie dans un communiqué son ancien défenseur, « pour son implication inlassable », mais juge un changement d'équipe nécessaire « alors que nous abordons le procès ». De fait, son nouvel avocat et son équipe se retrouveront ce jeudi, avec des représentants du parquet, pour commencer à discuter de l'organisation du procès Ghosn.

Feuille de route

« Je suis impatient de pouvoir me défendre, avec vigueur » dit Carlos Ghosn, « et ce choix représente pour moi la première étape d'un processus visant non seulement à rétablir mon innocence, mais aussi à faire la lumière sur les circonstances qui ont conduit à mon injuste détention ». 

La feuille de route de ses défenseurs est claire. Prouver son innocence et le caractère mensonger des accusations qui pèsent sur lui, tout en mettant en lumière les agissements de Nissan, son enquête en interne, et le complot dont il estime avoir été la victime.

Son ancien avocat, Motonari Otsuru, avait jusque-là surtout bataillé pour le faire libérer sous caution le plus rapidement possible. C'était semble-t-il pour lui le moyen le plus efficace pour ensuite préparer sa défense et ses arguments en vue du procès. Tentatives qui se sont toutes soldées par des échecs.

Pas d'aveu ni de concession

Car une des particularités du système judiciaire japonais est de n'accorder de libérations sous caution avant les procès qu'en signant un accord avec le mis en examen. Accord qui, la plupart du temps, est conditionné à des aveux, partiels ou complets, sur les chefs d'inculpation.

Or, et c'est bien là où la décision de Carlos Ghosn est éminemment signifiante, il est hors de question pour lui d'avouer ou de concéder quoi que ce soit, quitte à rester en détention jusqu'au début du procès. Son nouvel avocat aura donc un rôle beaucoup plus axé sur la communication et sur la mise en lumière du rôle de Nissan dans l'affaire.