BFM Business

Brexit: ces sommes colossales perdues par les milliardaires

Des milliardaires victimes du Brexit.

Des milliardaires victimes du Brexit. - AFP

Sur la seule journée de vendredi, les 400 plus grandes fortunes de la planète ont perdu plus de 120 milliards de dollars.

La livre, les bourses de la planète et les milliardaires. Voilà d'ores et déjà les premières victimes du Brexit. Et pour les grandes fortunes du monde, le résultat du référendum britannique a eu des conséquences immédiates sonnantes et trébuchantes. Sur la seule journée de vendredi, la chute des bourses a fait perdre aux 400 milliardaires les plus riches de la planète la bagatelle de 122 milliards de dollars selon le Billionaire Index de Bloomberg. En un jour, c'est l'équivalent du PIB d'un pays comme la Hongrie qui est parti en fumée dans le patrimoine de ces milliardaires. 

Et la plus grande victime du Brexit est pour l'instant espagnole. Amancio Ortega, le propriétaire d'Inditex (Zara), a vu sa fortune fondre de 6 milliards de dollars ce vendredi. La deuxième fortune du monde a subi la chute de l'action du géant du textile. Le cours d'Inditex a dévissé de plus de 12% ce vendredi. La société espagnole d'habillement emploie près de 4.800 personnes en Grande-Bretagne et vient d'ouvrir un grand magasin Zara de 1.500 m² sur la prestigieuse Oxford street londonienne. Elle est pénalisée par les incertitudes qui planent sur l'avenir de la Grande-Bretagne.

Si l'Espagnol a enregistré la chute la plus spectaculaire, ils sont nombreux à avoir senti passer le Brexit vendredi. Au total, 22 personnes ont vu leur patrimoine fondre d'un milliard de dollars ou plus. Comme Bill Gates (-2,4 milliards), Ingvar Kamprad d'Ikea (-1,9 milliard) ou encore Jeff Bezos (-1,6 milliard). Des milliardaires victimes de l'affolement général des marchés mais aussi des doutes quant à l'avenir à moyen terme en ce qui concerne la consommation britannique. C'est le cas de Jeff Bezos dont l'entreprise Amazon est très exposée. La Grande-Bretagne est pour le géant du e-commerce le premier marché européen devant l'Allemagne et la France.

Le luxe français sensible aux mauvaises nouvelles

Et les grandes fortunes françaises ne sont pas non plus épargnées, loin de là. Bernard Arnault a enregistré ce vendredi la quatrième plus forte baisse de patrimoine (-2,4 milliards de dollars) et Liliane Bettencourt la septième (-2,2 milliards). Si la consommation pourrait pâtir du Brexit, le secteur du luxe pourrait ne pas être épargné avec la cure d'amaigrissement que pourrait subir la City de Londres. "La confiance et le 'feel good factor' sont des éléments cruciaux pour les consommateurs du luxe", estiment les analystes d'Exane BNP Paribas. La Bourse a ainsi sanctionné les géants français du secteur comme LVMH et L'Oréal. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco