BFM Business

Automobile électrique : Volkswagen mise sur la recharge mobile

La recharge mobile constitue un apport indispensable à l'infrastructure de recharge globale, selon Volkswagen.

La recharge mobile constitue un apport indispensable à l'infrastructure de recharge globale, selon Volkswagen. - TOBIAS SCHWARZ / AFP

Le géant allemand a annoncé le lancement d'un programme de systèmes de recharge mobile pour automobiles électriques, qui sera en test dès cet été à Wolfsburg.

L'avenir de l'infrastructure de recharge passera par des stations mobiles. Volkswagen en est convaincu, et va y investir une partie de ses 44 milliards d'euros de budget d'investissement annoncés il y a quelques semaines. Car si les bornes de recharges fixes vont constituer la colonne vertébrale d'une future infrastructure de masse, rien ne sera possible s'il n'est pas complété par des dispositifs mobiles, pour satisfaire une demande croissante, estime Volkswagen.

Le système se présente comme un grand cube, transportable par camion à la demande, à des endroits stratégiques. Il sera en mesure de charger rapidement 4 voitures en même temps. Fabriqué à partir de la technologie de batteries Volkswagen, elles seront également en mesure de donner une seconde vie aux batteries automobiles usagées de la marque.

Croissance galopante de l'électrique

Ces chargeurs rapides mobiles seront alimentés en amont chez Volkswagen avant d'être mis en place, et seront aussi destinés a utiliser les éventuels surplus de production électrique locale, notamment celle issue des énergies renouvelables. Ils seront expérimentés dès cet été à Wolfsburg, la ville qui abrite le siège social de Volkswagen, avant une production en masse dès l'année prochaine et un déploiement dans tout le pays.

Certes, le marché de l'électrique représente à peine plus d'1% du marché automobile global en Allemagne, mais comme partout dans le monde il est en forte croissance. Rien que sur l'année 2018, il a bondi de 43%. Et la croissance s'annonce encore très forte sur les années à venir, à mesure que la réglementation en matière de pollution, défavorable au thermique et surtout au diesel, va rendre les véhicules électriques encore plus attrayants.

Un exemple de transition industrielle

Si ce nouveau système est issu d'une vraie conviction de Volkswagen, il sera aussi un laboratoire de la transformation industrielle du constructeur vers l'industrie automobile du futur. Ces systèmes seront construits par Volkswagen Group Components, ce qui va permettre au groupe de maintenir l'activité de son usine de Hanovre, qui fabriquait jusqu'ici des systèmes de refroidissement pour moteurs thermiques.

Les ouvriers, reconvertis dans l'électrique, vont désormais monter les nouveaux dispositifs de charge mobile, assembler des batteries et travailler à l'usinage et au recyclage des composants. Une transition graduelle que Volkswagen veut présenter comme un exemple.

Alliances stratégiques nécessaires

« La transformation de la production d’échangeurs thermiques à l’usine de Hanovre apportera des perspectives durables pour l’avenir dans le domaine de l’e-mobilité » déclare même Thomas Schmall, patron de Volkswagen Group Components. Preuve que l'enjeu est désormais d'accélérer la transformation vers l'électrique pour être en mesure de faire face à une demande grandissante.

Un exemple aussi en matière de coopération et d'alliances stratégiques. Car si Volkswagen s'est allié à la municipalité de Wolfsburg sur ce projet, son développement à plus grande échelle suscite l' « intérêt considérable » d'autres partenaires potentiels, selon le groupe. Preuve là aussi que tous les projets concernant l'automobile du futur, propulsion, systèmes électriques, systèmes de recharge ou autonomie, ne seront menés à bien que par de grandes alliances industrielles, pour plus d'efficacité et des coûts de développement maîtrisés.