BFM Business

Initialement prévu pour 2009, l'EPR finlandais aura encore un an de retard

L'EPR finlandais de nouveau repoussé.

L'EPR finlandais de nouveau repoussé. - AFP

Le réacteur de nouvelle génération en Finlande aura à nouvau un an retard à cause des retards pris durant le Covid. Il devrait entrer en fonction en 2022... contre 2009 intialement prévu.

L'électricien finlandais TVO a annoncé vendredi que la mise en service commerciale du réacteur nucléaire EPR OL3, construit par le consortium Areva-Siemens et qui accuse déjà plus de dix ans de retard, avait pris près d'un an de retard supplémentaire.

La production régulière d'électricité est désormais prévue pour février 2022, contre mars 2021 annoncé jusqu'alors, a indiqué Teollisuuden Voima Oyj (TVO) dans un communiqué. Ce nouveau calendrier fait suite à un nouveau retard annoncé en avril.

L'électricien nordique avait alors prévenu que le chantier du réacteur de troisième génération avait pris un retard supplémentaire sur le dernier plan de marche envisagé en décembre, dû au nouveau coronavirus - sans fournir de nouveau calendrier.

TVO, qui dit avoir été informé par Areva-Siemens, a notamment invoqué vendredi des problèmes de "lenteur des tests du système, des problèmes techniques qui ont été identifiés lors des tests et l'augmentation de la quantité de travail de maintenance causée par le retard du projet", pour expliquer ce nouveau délai.

Mise en service initialement prévue en 2009

Fin 2019, TVO espérait également un chargement du combustible en juin 2020 pour une première connexion au réseau en novembre. Le chargement du combustible nucléaire est désormais prévu pour mars 2021 pour une première connexion en octobre.

"En raison de la pandémie de Covid-19, les travaux sur le chantier de construction OL3 se sont poursuivis dans le cadre d'arrangements spéciaux et nous nous préparons maintenant pour le chargement du combustible", une étape jugée "importante", a expliqué Jouni Silvennoinen, directeur du projet OL3, cité dans le communiqué.


L'EPR finlandais devait initialement être mis en service en 2009 à la centrale d'Olkiluoto (sud-ouest), mais le chantier lancé en 2005 a connu d'importants retards et surcoûts. TVO avait signé en mars 2019 un accord pour mettre fin au contentieux avec ses fournisseurs.

Selon les termes de cet accord, Areva va verser 450 millions d'euros à son client TVO "en compensation de sa responsabilité dans les retards". Mais il prévoyait aussi un système de bonus-malus: Areva et ses partenaires pouvaient recevoir jusqu'à 150 millions d'euros si le projet était achevé avant fin 2019, mais ils peuvent avoir à payer jusqu'à 400 millions d'euros supplémentaires en cas de nouveau retard au-delà de cette échéance. Areva avait précédemment évoqué un malus de 20 millions d'euros par mois de retard.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi avec AFP Journaliste BFM Éco