BFM Business

Exposition de cheminots à l'amiante: SUD-Rail dépose plainte contre X

En juillet 2018, une "pièce amiantée" était découverte par hasard sur un wagon "dans l'atelier de maintenance de Nîmes", avant trois autres pièces la même année "sur le même site"

En juillet 2018, une "pièce amiantée" était découverte par hasard sur un wagon "dans l'atelier de maintenance de Nîmes", avant trois autres pièces la même année "sur le même site" - Philippe LOPEZ

SUD-Rail a déposé plainte contre X vendredi dernier auprès du procureur de Marseille pour "des faits d'exposition à l'amiante d'agents SNCF dans le cadre de leur activité professionnelle

SUD-Rail a déposé plainte contre X vendredi dernier auprès du procureur de Marseille pour "des faits d'exposition à l'amiante d'agents SNCF dans le cadre de leur activité professionnelle et sur le lieu de travail", a indiqué le syndicat dans un communiqué.

Déjà "depuis plusieurs mois", SUD-Rail a "enclenché plusieurs actions syndicales", souligne le syndicat. "Une expertise" a notamment été menée par "un cabinet indépendant" pour une commission santé, sécurité et conditions de travail (CSSCT) du groupe ferroviaire, a déclaré à l'AFP Julien Troccaz, secrétaire fédéral de SUD-Rail.

Cette expertise "permet d'affirmer" qu'il ne s'agit pas "d'événements sporadiques, mais de carences structurelles imputables à l'absence de stratégie de prévention au niveau de la SNCF", selon le syndicat.

"La dizaine d'ateliers de maintenance fret de la SNCF" sont concernés, ajoute-t-il.

En juillet 2018, une "pièce amiantée" était découverte par hasard sur un wagon "dans l'atelier de maintenance de Nîmes", avant trois autres pièces la même année "sur le même site", qui "n'est pas un cas isolé", détaille le syndicat.

Inhalation de poussières cancérogènes

Autre exemple: l'atelier de maintenance de wagons d'Ambérieu-en-Bugey (Ain), où des cheminots "découvrent en janvier 2019 que des pièces qu'ils manient chaque jour sont amiantées", les exposant "sans aucune protection à l'inhalation de poussières cancérogènes", dénonce SUD-Rail.

"Alors que depuis 1996 des règles du Code du travail très strictes encadrent toute activité de travail en présence d'amiante, les dirigeants de cette entreprise publique ont délibérément choisi de ne pas les respecter dans la maintenance des wagons, mettant en danger la santé et la vie des agents assurant cette activité", accuse le syndicat.

Avant sa plainte, SUD-Rail avait exercé son droit d'alerte et "des cheminots leur droit de retrait", a indiqué M. Troccaz. "De nombreuses actions pour 'préjudice d'anxiété' sont également en cours d'instruction devant les prud'hommes", selon le syndicat.

De son côté, la direction de la SNCF a déclaré à l'AFP que le groupe "se conforme strictement à la règlementation en vigueur".

"La présence d'amiante dans certains wagons fret est une situation connue et maîtrisée", traitée "depuis septembre 2018 avec les plus hauts standards en matière de sécurité et santé au travail", a-t-elle assuré.

Cette "situation anormale" concerne "un parc de wagons ayant très peu servi" et qui a "pu échapper" à une "évaluation" en 1997, ainsi qu'à "la maintenance prévue" sur les pièces concernées, a-t-elle ajouté.

PS avec AFP