BFM Business

Les taux de crédit immobiliers amorcent-ils une remontée en 2019 ?

-

- - -

C'est LA grande question que se posent les futurs acquéreurs en 2019. Les taux d'intérêt seront encore particulièrement scrutés cette année.

Conjoncture du début d'année 2019

Bonne nouvelles, les taux de crédit immobilier accordés aux particuliers se maintiennent à un niveau historiquement bas sur ce mois de février 2019. La tendance est à la stagnation offrant de belles perspectives aux investisseurs contrairement à ce qui avait été annoncé tout au long de l'année 2018.

Des taux bas certes, mais une durée d'emprunt qui s'allonge. Le retour de l'inflation et la baisse du pouvoir d'achat des ménages n'y sont pas étrangers. La hausse des prix de l'immobilier (neuf et ancien confondus) dans les grandes métropoles poussent les emprunteurs à allonger leur durée de prêt pour offrir une superficie adaptée à leur cellule familiale.

D'autres facteurs poussent une partie d’investisseurs à décaler leurs projets d'acquisition et à annuler leur intention d'achat. Par exemple, la mise en place du prélèvement de l'impôt à la source qui génère chez certain une légère anxiété et un besoin de recul et d'analyse.

Qui sont les emprunteurs ?

Selon Pascal Commare courtier à l'agence CAFPI de Boulogne Billancourt (92), 89% des financements concernent des résidences principales et 11 % des investissements locatifs.

L'emprunt moyen pour une résidence principale est de 234 000 €, les acquéreurs y consacrent ainsi en moyenne 5 années de revenus. 

A quels taux emprunter ?

Les banques restent agressives et maintiennent les décotes sur les taux pour conserver et conquérir des clients au profil adapté à leur stratégie de développement. Pour Pascal Commare, il est ainsi important d'expliquer aux futurs emprunteurs que le taux proposé par les partenaires CAFPI dépendra de leur situation personnelle (reste à vivre, épargne disponible etc...) mais aussi d'avoir une vision globale des conditions accordées car le taux seul ne reflète par le coût global du crédit (il faut y intégrer les frais de dossier, l'assurance emprunteur, la garantie...). 

-
- © -

.

Cédric BRACHET