BFM Business

Un premier samedi "encourageant" pour les commerces après un mois de fermeture

Les commerçants dressent un bilan plutôt positif de ce samedi de réouverture. Les clients ont globalement été au rendez-vous sans pour autant provoquer de cohues.

L’impatience était palpable partout sur le territoire. A quatre semaines des fêtes de Noël, les commerçants ont rouvert leurs portes samedi après avoir été contraints de fermer boutique pendant un mois en raison du confinement. S’ils ne savaient pas vraiment à quoi s’attendre dans un contexte sanitaire encore tendu, le premier bilan est plutôt satisfaisant.

Chez JouéClub, le chiffre d’affaires réalisé samedi est "équivalent à celui fait l’année dernière à la même période", souligne auprès de BFM Business Franck Mathais, porte-parole de l’enseigne de jouets. "C’est encourageant, car l’année dernière c’était le week-end du Black Friday. Là, nous sommes dans un contexte complètement différent", rappelle-t-il.

Le spécialiste du jouet a d’autant plus de raisons d’espérer que les ventes non effectuées en magasin en novembre -mois qui lui est généralement très favorable- pourraient être reportées en décembre. "Sur le mois de novembre, le marché est en recul de 30%. Il y a donc une réserve de chiffre d’affaires très importante", confirme Franck Mathais. Reste à savoir si l’intégralité de cette "poche de chiffre d’affaires va se reporter sur le mois de décembre".

Des magasins moins fréquentés dans les grandes villes

Le porte-parole de JouéClub note toutefois des "disparités" entre les petites villes et les grandes agglomérations, la fréquentation des magasins ayant été plus importante dans les premières que dans les secondes. "A Paris, pas mal de gens qui passaient devant nos magasins demandaient si on était ouvert. Il y a plus d’hésitation dans les grandes agglomérations, plus de prudence", analyse Franck Mathais, "mais aussi l’envie d’aller dans d’autres commerces", plus nombreux dans les grandes villes, "parce que ça fait un mois que les consommateurs sont sevrés de magasins".

Même constat au centre commercial Beaugrenelle à Paris où le dernier samedi de novembre est souvent propice aux achats. "L’an passé, il y avait plutôt plus de monde", estime Kevin Solere, directeur adjoint du magasin H&M, car le Black Friday avait eu lieu une semaine plus tôt. Or ce samedi, les consommateurs semblaient davantage faire du repérage en vue de cette opération promotionnelle, repoussée au vendredi 4 décembre. Pour autant, de longues queues se sont parfois formées devant certains magasins parisiens alors que les commerçants sont tenus de respecter un protocole sanitaire renforcé avec l’obligation de ne pas accueillir plus d’un client pour 8 mètres carrés de surface.

Dans le centre-ville de Bordeaux, la foule a retrouvé le chemin de la rue Sainte-Catherine, considérée comme la plus longue rue commerçante piétonne d'Europe. Des files d'attente se sont là aussi formées devant des grandes enseignes dès l'ouverture. La longue ligne blanche peinte au sol pour séparer les flux de circulation n'était que peu respectée par les badauds, dont beaucoup de familles avec enfants et poussettes. Avec le nouveau protocole "il faut être encore plus vigilant sur la distance" entre les clients, reconnaît Franck Mathais, pointant une "réaction inconsciente" des clients qui ont "envie de passer vite en caisse" en oubliant parfois de se tenir à distance.

"Forte affluence" dans les centres commerciaux

De manière générale, la satisfaction des commerçants était manifeste. "Il y a du monde (dans le centre-ville), c'est rassurant", a déclaré le président de l'association de commerçants bordelais La Ronde des quartiers, Christian Baulme. "On est tellement heureux de pouvoir retravailler! L'objectif aujourd'hui c'est d'être le plus proche possible d'un samedi normal", a-t-il dit.

La cohue n’a pas globalement pas eu lieu dans les enseignes des grandes villes, mais les clients étaient tout de même au rendez-vous, notamment dans les villes plus petites. À l'échelle nationale, les centres commerciaux tirent ainsi un bilan satisfaisant. Interrogé par BFM Business, le Centre national des centres commerciaux (CNCC) dit avoir constater "une forte affluence ce week-end dans les centres commerciaux où les consommateurs ont retrouvé le plaisir du shopping". Il assure en outre avoir observé un "strict respect des protocoles sanitaires avec de très nombreux contrôles des préfectures".

Alors que la fréquentation des magasins devrait de monter en puissance à mesure que s’approche Noël, le gouvernement a annoncé qu’il faciliterait les dérogations pour l’ouverture des commeres le dimanche. Ceux-ci peuvent déjà rester ouverts jusqu’à 21 heures pour augmenter les chances de rattraper le chiffre d’affaires perdu lors du mois de fermeture.

https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis avec AFP Journaliste BFM Eco