BFM Business

Y aura-t-il du carburant à la pompe ce week-end?

Six des huit raffineries françaises sont toujours à l'arrêt ou fonctionnent au ralenti encore ce vendredi. Mais la situation s'améliore malgré tout. Le ravitaillement des stations-services se poursuit et la psychose semble retombée. Ce qui laisse les professionnels optimistes pour ce week-end.

Si vous avez prévu une petite escapade ce week-end, c'est sans doute la question qui taraude votre esprit: y aura-t-il de l'essence à la pompe? Impossible d'apporter une réponse catégorique évidemment mais la tendance pencherait pour le "oui". La situation s'améliore sur l'ensemble du territoire et ce, pour deux raisons notables.

> Ravitaillement en cours

Si les premiers jours de grève dans les raffineries ont autant impacté les stations-services, c'est principalement parce qu'il n'y avait pas de réapprovisionnement. Désormais, des camions-citerne peuvent les alimenter en puisant dans les stocks stratégiques.

"Les produits, stockés dans les dépôts pétroliers, sont désormais disponibles. C'était une affaire de difficulté logistique", explique Frédéric Plan, délégué général de la Fédération française des combustibles.

Comme à Fos-sur-Mer, les forces de l'ordre ont alors dû procéder au déblocage des sites afin que les camions-citerne puissent accéder aux stocks de carburant. A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle: les ravitailleurs ont reçu l'aval du gouvernement pour circuler ce week-end. Une cellule de crise au ministère des transports surveille également la situation en temps réel.

> Fin de la psychose

La panique semble derrière nous. Les réactions d'inquiétude des usagers face à la crainte d'une pénurie ont engendré une "surconsommation considérable", soulignait Alain Vidalies, le secrétaire d'État en charge des transports.

"La crise n’a pas été produite par le comportement irrationnel des gens mais ce dernier l'a clairement amplifiée. Il est désormais en phase de résorption. On peut donc dire que oui, le pire est passé dans les stations-services", remarque Frédéric Plan.

Environ 20% des stations restent malgré tout en rupture d'approvisionnement totale ou partielle, notamment en Ile-de-France et en Provence-Alpes Côte d'Azur. En amont, toujours six des huit raffineries françaises sont à l’arrêt ou fonctionnent au ralenti.

-
- © BFMTV

Mais le volume des stocks stratégiques est d'environ "115 jours de consommation, soit presque quatre mois", a fait savoir le gouvernement par communiqué afin de limiter l'inquiétude des automobilistes.

>>> Retrouvez à travers cette carte (non exhaustive), réalisée par Essence, la situation en temps-réel des pénuries

P. P. avec Nicolas de Labareyre et Laura Lequertier