BFM Business

VTC: Uber lève 1,2 milliard de dollars

Uber serait désormais valorisée à 40 milliards de dollars.

Uber serait désormais valorisée à 40 milliards de dollars. - Britta Pedersen

La startup américaine a annoncé, jeudi 4 décembre, avoir levé 1,2 milliard de dollars lors d'un nouveau tour de table. Ce qui pourrait la valoriser à 40 milliards de dollars.

Les ennuis judiciaires d’Uber ne freinent visiblement pas les investisseurs. Le controversé service américain de voitures avec chauffeurs (VTC) a en effet annoncé jeudi avoir réalisé une nouvelle levée de fonds de 1,2 milliard de dollars.

Uber est donc désormais évalué à 40 milliards de dollars, a indiqué l'une de ses porte-parole. C'est plus du double de la valorisation de 17 milliards de dollars évoquée en juin.

Des "investissements substantiels" à venir

La startup avait déjà recueilli une somme identique lors d'un précédent tour de table début juin, et laisse entendre qu'elle est prête à lever davantage d'argent. Il y a "de la capacité additionnelle restante pour des investissements stratégiques", indique en effet sur le blog officiel son patron et cofondateur Travis Kalanick. "Ces financements vont permettre à Uber de faire des investissements substantiels, en particulier dans la région Asie-Pacifique", explique-t-il.

Tensions avec les taxis

Uber est surtout connu pour son application mobile de location de voiture avec chauffeur, pensée comme une alternative aux taxis traditionnels. Elle se sert de la géolocalisation pour mettre l'utilisateur en contact avec un véhicule se trouvant aux environs, Uber encaissant une commission sur le prix de la course.

Fondée en 2009 en Californie, Uber est désormais présente dans plus de 200 villes et 45 pays, et Travis Kalanick a affirmé que ses revenus doublaient tous les six mois.

Son expansion rapide crée toutefois de fortes tensions avec les taxis traditionnels, notamment en Europe. La startup est également en délicatesse avec la justice: en France, Uber a ainsi été condamnée à 100.000 euros d'amende par le tribunal de Paris le 16 octobre dernier.

Y.D. avec AFP