BFM Business

Volkswagen va réduire ses coûts

La marque Volkswagen va devoir réduire ses coûts pour atteindre ses objectifs de marge.

La marque Volkswagen va devoir réduire ses coûts pour atteindre ses objectifs de marge. - -

Le patron du constructeur allemand, Martin Winterkorn, a indiqué dans un document interne dont l'AFP publie des extraits le 15 juillet, que son groupe avait des retards de productivité et devait économiser 5 milliards d'euros sur sa principale marque.

Volkswagen doit se serrer la ceinture. La marque doit prendre des mesures de réduction de ses coûts pour rester compétitive et sécuriser ses marges, a déclaré Martin Winterkorn, le président du directoire du constructeur allemand, dans un document interne consulté mardi 15 juillet par l'AFP.

Le patron de l'entreprise, qui s'exprimait devant un groupe de cadres, a également indiqué que des mesures "nettes, efficaces et aussi douloureuses" devaient être prises pour que VW atteigne son objectif de marge opérationnelle d'au moins 6% en 2018.

La marge opérationnelle de la marque, mesure de sa rentabilité, s'est élevée à 2,9% en 2013, en chute de 20% sur l'année. Or elle représente plus du quart des profits du groupe qui compte aussi dans son portefeuille les marques Audi, Porsche, Seat et Skoda.

"Avoir le courage de se séparer de certains modèles"

Grâce à "une plus grande efficacité, à une moindre complexité, à une optimisation dans les achats, à une baisse des coûts des usines et des coûts fixes, nous attendons en 2017 un effet durable sur le résultat d'environ 5 milliards d'euros par an pour la marque", selon les propos attribués à Martin Winterkorn.

Selon les Echos, le président du directoire aurait déclaré, lors de cette réunion interne: "soyons honnêtes, nous avons du retard par rapport à nos concurrents en termes de productivité". Un constat qui "tranche avec l'image d'invincibilité dont jouit Volkswagen, surtout en France", où ses marges font saliver ses concurrents, note le quotidien.

Parmi les mesures envisagées, le document évoque le passage en revue de la gamme de véhicules existants. "Avec aujourd'hui 310 modèles dans le groupe et des souhaits des clients qui changent rapidement, on devrait avoir le courage de se séparer de certains projets et variantes", préconise le document. Il prône également encore davantage de synergies dans l'achat de matériels.

Le géant européen, qui pourrait parvenir dès cette année à son objectif de vendre plus de 10 millions de véhicules, vise une marge opérationnelle d'au moins 8% d'ici 2018, contre 6,3% en 2013.

N.G. avec AFP