BFM Business

Volkswagen détrône Toyota

Toyota était numéro un mondial des ventes sans discontinuer depuis 2012.

Toyota était numéro un mondial des ventes sans discontinuer depuis 2012. - Toshifumi Kitamura - AFP

Au premier semestre 2015, le japonais a perdu son titre de numéro un mondial. Le groupe a écoulé 5,022 millions de véhicules, alors que Volkswagen en a vendu 5,04 millions.

Toyota détenait le titre de numéro un mondial depuis 2012. Au premier semestre 2015, il a vu sa suprématie vaciller, au profit de Volkswagen. Entre le 1er janvier et le 30 juin, le japonais a écoulé 5,022 millions de véhicules (Toyota, voitures de luxe Lexus, mini-véhicules Daihatsu, poids lourds Hino), selon des chiffres dévoilés mardi 28 juillet. Sur la même période, Volkswagen a de son côté écoulé 5,04 millions de véhicules.

Ce changement de leader était prévisible : en 2014, Toyota et Volkswagen étaient au coude à coude, le premier affichant 10,23 millions au compteur, le second 10,14 millions.

Toyota fait les frais d'une conjoncture défavorable. Le constructeur a vu ses ventes se replier de 1,5% sous l'effet d'un plongeon de 11,5% au Japon, où les mini-véhicules ont particulièrement souffert de la conjoncture morose. Il s'agit "du premier recul en deux ans" dans sa patrie, précise le géant de la région de Nagoya (centre), qui vise un total de 10,15 millions de véhicules (-1%) sur l'ensemble de l'année.

Les constructions d'usines gelées

Le fabricant de la citadine Yaris et de la voiture hybride Prius avait conquis en 2008, au début de la crise financière internationale, la première place mondiale, monopolisée par General Motors durant plus de 70 ans. Il la lui avait rendue pour un an en 2011 à cause du séisme et du tsunami du 11 mars de la même année dans le nord-est du Japon, avant de rebondir.

Mais le gel des constructions d'usines décidé en 2013 par le PDG Akio Toyoda, dans le but de "renforcer la compétitivité" du groupe, a pesé sur les ventes. L'américain General Motors (GM), troisième constructeur, a pour sa part livré 4,86 millions de véhicules sur la période.

Pour ne pas se laisser distancer, Toyota a récemment décidé de repartir de l'avant: il a fait part mi-avril d'un investissement de plus d'un milliard d'euros pour bâtir une usine au Mexique afin de mieux desservir ses clients nord-américains, et une nouvelle ligne de production en Chine, premier marché mondial de l'automobile.

C.C. avec AFP