BFM Business

Voitures Noires veut créer 1.000 emplois en 15 jours

Sur le Mondial, Karim Ferchiou, fondateur de Voitures Noires, et ses partenaires veulent créer 1.000 emplois, des salariés et des patrons.

Sur le Mondial, Karim Ferchiou, fondateur de Voitures Noires, et ses partenaires veulent créer 1.000 emplois, des salariés et des patrons. - Voitures Noires

Pour son premier Mondial, Voitures Noires veut frapper fort en créant 1.000 emplois en 15 jours. L'entreprise lance aussi un appel d'offres pour 6.000 véhicules.

Cette année, le Mondial de l’auto accueille pour la première fois Voitures Noires. Et pour le fondateur de l’entreprise, Karim Ferchiou, cette présence symbolise le travail effectué depuis 3 ans et son succès. Mais la start-up, puisque c’en est une, ne vient pas pour récolter les lauriers. Elle vient pour relever un défi qu’elle s’est lancé: créer 1.000 emplois pendant la durée du salon, soit 15 jours, en mettant en relation les plateformes et les candidats.

Pour annoncer ce challenge, Karim Ferchiou, qui est aussi président de l’Unam (Union Nationale des acteurs de la mobilité), a convié sur son stand de 400 m², non seulement la presse, mais l’ensemble de ses partenaires: les VTCistes (Uber, Chauffeur Privé, Snapcar, Marcel), les loueurs entre particuliers (OuiCar), mais aussi des constructeurs de voitures comme Peugeot, Skoda et Volkswagen. Même Thomas Thévenoud, auteur de la loi éponyme, était présent.

En seulement trois ans, le réseau Voitures Noires est devenu l'un des acteurs majeurs de la mobilité. Il est présent en Île-de-France, mais aussi à Bordeaux, Lyon, Nice et Toulouse. Le développement international est en préparation. Et ce n'est peut-être que le début du succès.

Un appel d'offres pour 6.000 véhicules

"En une décennie, le besoin en transport a explosé sur tout le territoire sans que les transports urbains suivent la cadence, quant aux taxis, ils sont restreints par un numerus clausus nécessaire pour protéger leur activité, mais qui ne répond pas à cette demande exponentielle. En deux ans, 15.000 emplois ont déjà été créés, mais il y a encore un réservoir colossal pour répondre à des besoins qui ne cessent de grimper."

Sur le stand, il y a bien sûr de belles autos, mais surtout un comptoir pour informer ceux qui veulent devenir chauffeur salarié et ceux qui veulent devenir entrepreneur du secteur. Et pour accueillir ce public, les plateformes sont présentes. "Il ne manque que le ministère du Transport qui aurait pu informer le public sur le cadre réglementaire".

Pendant le Mondial, Voitures Noires va aussi faire ses emplettes. Elle a lancé un appel d’offres pour acheter 6.000 voitures. "Lors de la précédente édition, je suis venu comme simple visiteur pour étoffer notre parc qui s’élevait à 45 voitures. Aujourd’hui, il a atteint 3.500 véhicules, mais c’est encore insuffisant".

Ce parc va-t-il à terme poser des problèmes de pollution? C’est une question souvent posée au dirigeant qui y répond simplement. "Chaque voiture avec chauffeur créée élimine quatre voitures et réduit d’autant les émissions polluantes. En trois ans, nous avons donc supprimé 60.000 véhicules en zones urbaines." Et pour poursuivre dans cette voie écologique, Voitures Noires a décidé de faire progressivement basculer son parc vers l’électrique.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco