BFM Business

Vers une amende record pour le cartel des camions

Daf fait notamment partie des constructeurs incriminés

Daf fait notamment partie des constructeurs incriminés - Glen Wallace - Flickr - CC

"Bruxelles devrait infliger cette année une gigantesque sanction à Volvo\/Renault, Iveco, Scania, Daf et Daimler, rapporte le Financial Times. Le montant devrait dépasser 1,4 milliard d'euros."

La note va être sacrément salée. En 2014, la Commission européenne avait ouvert une enquête contre le "cartel des camions", accusant Man, Scania, Iveco, Renault-Volvo, Daf et Daimler de s'être entendus sur les prix et le calendrier d'introduction des nouvelles technologies de réduction des émissions de Co2.

Les six compagnies auraient ainsi opéré en cartel au détriment du consommateur pendant 14 ans, entre 1997 et 2011. Et au final, elles vont payer cette entrave à la libre concurrence. Enfin presque toutes, puisque Man devrait être épargnée dans la mesure où elle a décidé de dénoncer ses partenaires.

Des amendes "incroyablement élevées"

Selon le Financial Times, l'amende devrait être prononcée au cours de l'année 2016. Et il s'agirait tout simplement de la sanction financière la plus lourde jamais infligée par Bruxelles puisque le montant devrait excéder 1,4 milliard d'euros, montant infligé à un cartel de fabricants de tubes pour téléviseurs et ordinateurs.

Des personnes proches du dossier et citées par le Financial Times évoquent ainsi des amendes "incroyablement élevées". À tel point que deux des entreprises incriminées auraient demandé aux autorités européennes de faire preuve de clémence car elles redoutent que l'amende ne les fragilise trop financièrement.

En attendant que la sanction tombe, les différentes sociétés concernées ont chacune commencé à provisionner de l'argent dans leurs comptes pour faire face à l'amende. Daf a mis de côté 835 millions d'euros, Daimler 600 millions, Iveco 442 millions d'euros et Volvo 392 millions d'euros. Seul Scania n'a pas encore provisionné la moindre somme, estimant impossible de déterminer le montant potentiel de l'amende.

Le Financial Times rappelle néanmoins que la Commission a le droit de prononcer une amende allant jusqu'à 10% du chiffre d'affaires combiné des entreprises. Soit 10,7 milliards d'euros.

J.M.