BFM Business

Valeo va tester son Range Rover autonome dans Paris intra-muros

Valeo a pour objectif de faire tourner son véhicule autonome sur la place de l'Étoile, à Paris.

Valeo a pour objectif de faire tourner son véhicule autonome sur la place de l'Étoile, à Paris. - Boris Horvat - AFP

Info BFM Business - Après avoir effectué un tour d'Europe et circulé avec succès sur le périphérique parisien, l'équipementier s'apprête à investir les rues de la capitale. avec un objectif affiché, traverser la place de l'Étoile dès cet été.

C'est une question de jours. D'après nos informations, Valeo est sur le point d'obtenir l'autorisation de faire rouler son véhicule autonome dans Paris intra-muros.

"Nous avons fait une demande pour pouvoir faire des tests à Paris, comme nous continuons de le faire dans plusieurs autres grandes villes mondiales", nous confirme-t-on chez Valeo.

Une source au sein du ministère de l'Intérieur l'assure également: "Le feu vert est imminent. On est en train de régler les derniers détails". À savoir, le parcours.

Pour obtenir l'aval des autorités, Valeo a soumis à la préfecture de police, en fin de semaine dernière, un plan progressif d'expérimentations... C'est la procédure pour chaque nouvel essai. Un programme très détaillé, avec une montée en puissance des difficultés.

D'abord, le véhicule autonome devrait s'attaquer à des zones où la circulation est "modérément complexe", à des heures où la circulation est réduite (en plein milieu de la nuit) puis à des heures de circulation plus dense. Les quais et certains ponts parisiens sont concernés par cette première phase, qui doit débuter fin juin.

Dans un second temps, le véhicule pourra s'attaquer aux grandes artères parisiennes. Là encore, d'abord la nuit, puis en journée, et enfin aux heures de pointe.

Objectif : la place de l'Étoile

L'objectif ultime, plusieurs fois affiché par Valeo: la place de l'Étoile. Un défi redoutable. "Il n'y a pas pire, lance l'un de ceux qui ont le dossier entre les mains. Il n'y a pas de marquage au sol. Tous ceux qui empruntent ce rond-point le savent, pour s'y insérer et pour en sortir, il faut s'imposer. C'est quasiment de l'ordre du rapport de force", sourit-il.

Tout le contraire de ce que fait, théoriquement, un véhicule autonome programmé pour respecter scrupuleusement le code de la route. Mais "la voiture apprend, nous explique-t-on chez Valeo. Notre véhicule autonome, ce ne sont pas seulement des caméras et des radars, ce sont aussi des algorithmes et une intelligence artificielle capable de s'adapter aux habitudes de conduite de telle ou telle ville".

Sans compter qu'il y aura en permanence dans cette voiture (un Range Rover blanc flanqué du logo Valeo dont la plaque d'immatriculation commencera par un W, caractéristique des véhicules autonomes), un conducteur qui peut à tout moment désactiver le système et reprendre le contrôle du véhicule. Des arguments qui ont visiblement fini de convaincre les autorités.

À condition que rien ne vienne contrecarrer le planning (des travaux ou des manifestations nécessiteraient par exemple de décaler les essais dans le temps), le véhicule autonome de Valeo devrait tourner autour de l'Arc de Triomphe fin juillet.

Un projet qui reçoit un accueil favorable

Si l'équipementier ne se heurte pas à de fortes résistances, c'est aussi, bien sûr, parce qu'il a déjà su prouver la fiabilité de son système. Notamment sur le périphérique parisien, enfer s'il en est de la circulation, avec un trafic souvent très dense, des embouteillages, des ralentissements intempestifs, des deux-roues entre les files, etc.

"En septembre dernier, une voiture équipée par Valeo a tourné pendant 24 heures sur le périphérique, à 99% en mode autonome, sans aucun problème", explique un expert du secteur. "Valeo nous a fait remonter les conclusions de leurs précédentes expérimentations... Que ce soit sur le périphérique ou dans d'autres villes dans le monde, elles démontrent en effet la fiabilité de leur système", nous confirme-t-on au ministère de l'Intérieur. Où l'on ajoute : "On a en France un acteur leader dans la conduite autonome. On aurait tort de lui mettre des bâtons dans les roues".

Et c'est bien tout l'enjeu de ces essais. "La maîtrise de la conduite autonome, c'est une course mondiale, martèle-t-on chez Valeo. La compétition est extrêmement forte". Il y a deux ans, le PDG, Jacques Aschenbroich, estimait que la voiture autonome s'imposerait quand elle serait capable de traverser la place de l'Etoile à l'heure de pointe. Valeo est en passe d'y parvenir. Nul doute que l'image fera le tour du monde.

Jean-Baptiste Huet