BFM Business

Train : un coup de couteau pour un coup de téléphone

-

- - -

Ce mardi, dans un train reliant Boulogne-sur-Mer à Paris, un homme de 67 ans a porté des coups de couteau à un passager qui lui demandait de faire moins de bruit en téléphonant. Un fait divers qui relance la question de la sécurité à bord des trains. Témoignages à la gare Montparnasse, à Paris.

Un homme de 67 ans va comparaître le 29 août devant le Tribunal correctionnel d'Amiens pour violences volontaires avec arme. Il a reconnu avoir porté ce mardi des coups de couteau à un passager d'un train parti de Boulogne-sur-Mer vers Paris. C'est une altercation à propos de l'usage d'un téléphone qui a dégénéré entre les deux hommes. Le suspect a été condamné plusieurs fois pour des faits de viols et de violences volontaires notamment. Il a été placé en détention provisoire. La victime a reçu plusieurs coups de couteau à la gorge.

Il sort du compartiment, puis revient et se jette sur la victime

L'altercation a dégénéré à cause d'une simple conversation téléphonique passée en plein wagon. Un homme d'une soixantaine d'années s'exprime très fort au téléphone, sur un ton plutôt agressif, il appelle l'hôpital de Boulogne-sur-Mer où sa femme a été admise. Un autre voyageur lui demande alors de sortir pour continuer son appel sur la plateforme mais le sexagénaire s'emporte, le ton monte, des insultes sont échangées et les deux hommes en viennent aux mains. L'épouse du voyageur part chercher le contrôleur, l'auteur du coup de fil sort finalement du compartiment. Mais quelques instants plus tard, il revient et se jette sur la victime, qu'il poignarde à la gorge, manquant de peu la carotide de la victime. Très rapidement, l'homme est maîtrisé, il sera interpellé dans la gare suivante. La victime est toujours hospitalisée dans un état grave.

« Il m’a dit "je vous emmerde" et a continué à téléphoner »

Ce fait divers pose la question des incivilités et de la sécurité à bord des trains. Les coups de fil doivent y être passés sur les plateformes. Très souvent pourtant, les passagers restent à leur place. A la gare Montparnasse, à Paris, des usagers témoignent : « Je prends le train 3-4 fois par mois et pratiquement à chaque fois, il y a ce type de problème », raconte un voyageur, tandis qu’un autre confirme : « Oui, je n’ai pas de voyage sans avoir quelqu’un qui parle fort dans le train. Un jour, j’ai assisté à une véritable invective entre deux personnes, qui s’insultaient presque ».
Des insultes, et parfois plus... Jean-Michel, exaspéré par la conversation de son voisin, a déjà failli en arriver aux mains : « J’ai failli prendre le téléphone du type, parce que je lui ai fait une remarque et il n’en avait strictement rien à faire : il m’a dit "je vous emmerde" et a continué à téléphoner. Je me suis mis à côté de lui et j’ai hurlé aussi fort que lui. Ça peut parfois être violent ».

« Dans l’ensemble, ça va, ils obéissent »

Souvent, les contrôleurs, comme Rémy, sont appelés à la rescousse par les voyageurs : « Ils n’osent pas leur demander, donc ça arrive qu’ils viennent à notre rencontre pour qu’on intervienne. Dans l’ensemble, ça va, ils obéissent quand même ». Les incidents graves sont rares : en 13 ans d’exercice, Rémy n'a jamais assisté à une altercation.

La Rédaction, avec Aurélia Manoli