BFM Business

Thalys: 1.000 voyageurs bloqués toute la nuit entre Paris et Bruxelles

Deux trains à grande vitesse Thalys à la gare du Nord, en 2013 à Paris. (Illustration)

Deux trains à grande vitesse Thalys à la gare du Nord, en 2013 à Paris. (Illustration) - Darkroom Daze - flickr - CC

Le trafic des TGV Thalys a été interrompu de mardi soir à mercredi matin, contraignant un millier de voyageurs à passer la nuit bloqués en transit. Au total, neuf trains à grande vitesse ont ainsi été paralysés par un "accident de personne", expression qui fait généralement référence à un suicide.

Galère cette nuit pour les clients du Thalys. La circulation de ces trains à grande vitesse a été interrompue mardi soir à la suite d'un "accident de personne" sur les voies entre Paris et Bruxelles, ce qui a empêché six trains d'arriver à destination et perturbé le voyage d'un millier de passagers, a indiqué une porte-parole de la société. Un septième Thalys prévu au départ de Paris et devant se rendre à Liège avait quant à lui été annulé. Enfin, deux Eurostar en provenance de Londres ont été retardés, à la suite de ces blocages.

La circulation devait reprendre à 5h30 mercredi matin, a précisé la porte-parole de Thalys. Pour rattraper les retards et annulations, les capacités de transport ont été doublées, indiquait ce mercredi matin à BFMTV, la compagnie.

Rame d'attente pour les uns, hôtel pour les autres

L'"accident de personne", terme qui désigne habituellement les suicides, s'est produit vers 20h25 "à la frontière franco-belge, ce qui a interrompu la circulation entre Paris et Bruxelles.

Deux trains en provenance de Rotterdam, aux Pays-Bas, et un autre venant d'Essen, en Allemagne, n'ont pas pu aller plus loin que Bruxelles. Parmi les 435 occupants des trois trains, 251 sont retournés vers Rotterdam ou ont trouvé un hébergement par leurs propres moyens à Bruxelles. En outre, 184 autres passagers étaient hébergés dans une "rame d'attente" jusqu'à leur départ, programmé à 5h30, selon la porte-parole.

Dans l'autre sens, au départ de Paris, un train pour Amsterdam, un pour Bruxelles et un pour Liège (Belgique) n'ont pas pu atteindre Bruxelles et ont fait demi-tour, avec 600 passagers à bord au total. Quelque 300 d'entre eux ont été hébergés dans des hôtels à Paris ou à Marne-la-Vallée, en Seine-et-Marne. Ils pourront repartir mercredi selon un horaire "flexible", selon Thalys. Une centaine d'autres a préféré attendre le tout premier départ dans une rame. Comme à Bruxelles, ils ont reçu des couvertures et une collation, a expliqué la porte-parole.

Une voyageuse a témoigné à son retour à la gare du Nord mercredi matin de sa nuit de galère et du manque d'information dont a fait, selon elle, preuve la SNCF.

Des passagers "compréhensifs", vraiment?

"Comme il s'agit d'une situation de force majeure et d'un accident de personne, les gens sont compréhensifs", a assuré la porte-parole, alors que les commentaires de passagers sur Twitter étaient plus critiques, certains dénonçant un manque d'informations ou se plaignant d'avoir reçu une chambre d'hôtel "à de 45 km de la gare du Nord" de Paris. Certains voyageurs n'ont, semble-t-il pas goûté l'humour distillé par le compte Twitter de Thalys. Notamment un "Ce soir c'est toute de suite 'dodo' pour nous! Demain, nous serons de retour pour vous dès 7h30. Soyez sages et dormez bien ;-)".

La compagnie a d'ailleurs représenté ses excuses à certains voyageurs ce matin sur Twitter, espérant qu'il aient "pu voyager ce matin".

D. N. avec AFP