BFM Business

Tarifs des péages: Macron va faire surveiller les sociétés d'autoroutes

Emmanuel Macron compte mettre la pression sur les sociétés d'autoroutes

Emmanuel Macron compte mettre la pression sur les sociétés d'autoroutes - Farouk Batiche - AFP

Le ministre de l'Economie a annoncé ce jeudi 13 novembre que le gendarme du rail allait voir ses compétences élargies et pourra ainsi veiller sur la bonne gestion des autoroutes par les sociétés concessionnaires. Emmanuel Macron espère ainsi améliorer la transparence sur les tarifs.

Emmanuel Macron poursuit son offensive contre les sociétés d'autoroutes. Le ministre de l'Economie a ainsi annoncé, ce jeudi 13 novembre qu'il allait placer ces entreprises sous le regard du gendarme du rail, l'Autorité de régulation des activités ferroviaires (Araf).

Devant les sénateurs, il a ainsi expliqué que cette autorité allait voir ses compétences élargies pour pouvoir veiller sur la gestion des autoroutes par les sociétés concessionnaires (Vinci, Eiffage, Albertis).

"Créer les conditions de la transparence"

Emmanuel Macron fera cette proposition dans le cadre du projet de loi pour la croissance et l'activité. Il a précisé qu'il s'agira pour l'Araf de "créer les conditions de la transparence pour l'exercice des contrats" de concession des autoroutes, "pour les tarifs d'une part mais aussi pour les travaux faits d'autre part".

De fait, le ministre suit l'une des recommandations de l'Autorité de la concurrence qui, à la mi-septembre, avait constaté "la rentabilité exceptionnelle" de ces sociétés et noté "la nécessité d'une meilleure régulation du secteur".

Elle avait également souligné que les formulations des contrats de concession d'autoroutes barraient dans les faits la voie à des baisses de prix, même en cas de déflation.

Un point que le ministre de l'Economie a encore tenu à souligner ce jeudi, en évoquant "une dynamique tarifaire qui a été largement supérieure à l'inflation, 25% en 10 ans".

Une annonce préparée

Le ministre de l'Economie accentue ainsi son offensive. Dimanche dernier, Emmanuel Macron avait déjà préparé son annonce, sur M6. "Nous allons mettre beaucoup plus de pression sur les sociétés d'autoroutes. Ce ne sont pas des mots. Une autorité de régulation, un gendarme, qui agit déjà sur certains transports va étendre ses compétences", expliquait-il.

Le laboratoire d'idées Terra Nova avait également proposé mercredi la mise en place d'une autorité administrative indépendante pour réguler le secteur. Il avait également suggéré de taxer les "surprofits" réalisés par les sociétés autoroutières au niveau de leur maison mère pour les contraindre à accepter une renégociation à l'amiable des contrats qui les lient à l'Etat, et estimé que ces mesures pourraient permettre à terme de diminuer de 50% le prix moyen des péages.

J.M. avec AFP