BFM Business

SNCF: top départ des ventes des billets Prem's de l'été   

Pour faire concurrence aux vols aériens low-cost, la SNCF met en vente 6 mois à l'avance les billets pour cet été, contre 4 habituellement.

Pour faire concurrence aux vols aériens low-cost, la SNCF met en vente 6 mois à l'avance les billets pour cet été, contre 4 habituellement. - Loic Venance - AFP

Dès ce 5 février, les billets de trains TGV et Intercités pour la Côte d'Azur et le sud-ouest seront en vente. C'est deux mois plus tôt que les années précédentes.

Il pleut, il neige, il fait froid, … quoi de mieux que de s'imaginer au soleil à déguster un bon rosé en écoutant le chant des cigales. Il est temps d'organiser ses vacances d'été! En effet, la SNCF met en vente dès ce 5 février les billets de train TGV et Intercités pour l'été, à destination de la Côte d'Azur et du sud-ouest, avec deux mois d'avance par rapport aux années précédentes.

"SNCF a décidé de tester la mise en vente de ses billets TGV et Intercités pour la Côte d'Azur dès le 5 février, pour des circulations prévues entre le 3 juillet et le 30 août 2015 inclus, ainsi que vers la côte basque, le Béarn, le Midi-Pyrénées et l'Auvergne", avait annoncé vendredi 30 janvier la compagnie dans un communiqué de presse.

"Les autres destinations estivales ouvriront le 2 avril 2015 lors de l'ouverture anticipée habituelle soit quatre mois à l'avance", ajoute la SNCF, qui souhaite ainsi faire concurrence aux vols aériens low-cost, et à la voiture individuelle.

"Aujourd'hui on est vraiment en conquête de nouveaux clients, pour ramener au train les gens qui soit n'y pensent pas, soit ont pris d'autres modes de transport", avait souligné Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF.

"Prendre du marché"

"Avec l'arrivée des low cost dans l'aérien, les gens ont pris l'habitude de réserver tôt, pour avoir les meilleurs prix. Donc quand l'offre train n'est pas disponible tôt, ils peuvent faire des choix en faveur d'autres modes de transport", avait-elle ajouté.

"L'objectif c'est vraiment de prendre du marché, d'aller chercher des gens qui peut-être sont gênés aujourd'hui parce qu'ils ne peuvent pas réserver à l'avance", avait encore commenté Rachel Picard, précisant que le "plus gros concurrent" de la SNCF "c'est vraiment la voiture individuelle, surtout pour les familles".

La directrice de Voyages SNCF avait expliqué qu'il s'agit d'un ballon d'essai: "on va voir si le marché répond. Si la clientèle effectivement achète le train avec plus d'anticipation, bien entendu on va travailler à l'élargir à l'ensemble des destinations".

D. L. avec AFP