BFM Business

"Sans la ligne 17, on va surtout réussir à échouer": une pub interpelle Macron sur le Grand Paris Express

Une publicité invite Emmanuel Macron à s'engager sur la création de la ligne 17 du Grand Paris Express.

Une publicité invite Emmanuel Macron à s'engager sur la création de la ligne 17 du Grand Paris Express. - Montage BFM Paris

Une publicité diffusée ce mardi dans plusieurs médias invite Emmanuel Macron à s'engager sur le maintien de la ligne 17 du Grand Paris Express. Des élus et collectivités de Seine-Saint-Denis, du Val-d'Oise et de Seine-et-Marne s'inquiètent de voir cette ligne retardée ou amputée alors que les coûts du Grand Paris explosent.

La publicité s'affiche en pleine page dans plusieurs médias ce mardi matin. Une jeune femme présentée comme originaire de Villiers-le-Bel, dans le Val d'Oise, s'adresse à Emmanuel Macron. "Monsieur le président, sans la ligne 17, on va surtout réussir à échouer", peut-on lire.

Cette phrase fait écho à un discours d'Emmanuel Macron, cité en tête de la publicité, plaidoyer pour la mobilité en banlieue: "La France des quartiers est aujourd'hui assignée à résidence alors qu'elle veut réussir". La déclaration est extraite du discours de Bobigny d'Emmanuel Macron, qui avait choisi la Seine-Saint-Denis pour annoncer officiellement sa candidature le 16 novembre 2016. Un an plus tard, cette publicité veut rappeler au désormais président ses engagements. 

"Vous nous condamner une nouvelle fois à l'oubli"

A l'origine de cette publicité, des collectivités du Val-d'Oise, de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis ainsi que des organisations comme la CCI ou les Chambres de métiers et de l'artisanat. Tous s'inquiètent de l'avenir de la ligne 17 du Grand Paris Express, un axe majeur de 27 km qui doit relier Saint-Denis à l'aéroport de Roissy et du Bourget et permettre au territoire de se développer. Une pétition en ligne qui accompagne la publicité invite Emmanuel Macron à s'engager.

"Vous voulez prochainement annoncer le report de la ligne 17 du Grand Paris Express. Si vous le faites, vous nous condamnez une nouvelle fois à l’oubli pour de simples raisons financières", signe le collectif "Pour la ligne 17 en 2024".

Alors que la facture du Grand Paris Express s'envole et pourrait s'élever à 35 milliards d'euros contre 25,7 milliards au départ, la question de l'avenir de certaines lignes se pose.

Des territoires délaissés

Car si une partie du Grand Paris Express doit à tout prix être livrée pour les JO de 2024, d'autres axes pourraient être remis à plus tard et notamment la ligne 17.

"Nous vivons une discrimination territoriale qui nous empêche de rejoindre une ville voisine sans passer par les gares parisiennes", souligne encore les défenseurs de la ligne 17 qui regrettent "le rejet des banlieues et leur ghettoïsation" qui interdit à ces territoires de profiter "des opportunités économiques et culturelles" de la région parisienne. 

Outre la ligne 17, le chantier de la ligne 18 mobilise également dans les Yvelines. Là aussi, les élus locaux craignent le report de la ligne faute de moyens. Sur tous ces projets, les élus locaux et acteurs économiques en appellent au gouvernement et souhaitent qu'il prenne des engagement pour maintenir ces lignes qui doivent permettre d'améliorer la mobilité de milliers de Franciliens. 

Carole Blanchard