BFM Business

Paris 2024, accélérateur des transports franciliens

L'organisation des Jeux Olympiques 2024 sera attribuée en septembre prochain.

L'organisation des Jeux Olympiques 2024 sera attribuée en septembre prochain. - Paris 2024

Paris s'est largement rapproché des Jeux olympiques de 2024 avec l'annonce de Los Angeles acceptant d'organiser les jeux de 2028. Outre l'aspect sportif, la candidature de Paris a permis d'accélérer les chantiers du Grand Paris, dont le calendrier a été calqué sur 2024.

Paris est désormais seule en lice pour les Jeux olympiques de 2024. Lundi, le maire de Los Angeles a annoncé l'officialisation de la candidature américaine pour les JO de 2028, laissant le champ libre à Paris en 2024.

Pendant toute sa campagne de promotion auprès du CIO, Paris a misé sur des jeux reposant sur des infrastructures déjà existantes avec très peu de chantiers sportifs à engager. Le gros des travaux repose en revanche sur les transports. La capitale a en effet articulé son projet autour du développement de son territoire en garantissant des sites olympiques accessibles à moins de 45 minutes de Paris.

Une obligation de mener ces projets à temps

Un engagement qui participe à la mise en place du Grand Paris Express, qui doit permettre le prolongement et la construction de 200 km de lignes de métro. En plus du réseau existant, 3 nouvelles lignes de métro doivent voir le jour (lignes 15, 16 et 17) tandis que 4 autres sont prolongées (lignes 4, 9, 12 et 14). Dans le même temps, la ligne Roissy Express devra être prête pour 2024. Cinq lignes de tram seront aussi créées et 5 prolongées. D'ici 2024, plus de 1.000 trains neufs ou rénovés doivent aussi être mis en place dans la région.

Ces chantiers étaient bien prévus mais l'horizon olympique bouscule le calendrier. Car si la capitale est choisie pour organiser les jeux de 2024, les collectivités engagées dans cette candidature auront pour obligation de réussir à livrer à temps ces nouvelles infrastructures. D'après un rapport relayé par Les Echos en juin dernier qui évaluait les atouts de la candidature parisienne, "l'échéance des JO permettra certainement que le calendrier des livraisons des nouvelles lignes prévues à l'horizon 2024 soit respecté".

La région ambitionne avec ces nouvelles lignes de devenir "le réseau de transports le plus performant du monde", un argument mis en avant dans la candidature parisienne.

Carole Blanchard