BFM Business

Routes : la carte des 72 « radars pièges »

L'association a relevé 72 radars qui semblent installés spécifiquement pour piéger les automobilistes.

L'association a relevé 72 radars qui semblent installés spécifiquement pour piéger les automobilistes. - -

40 millions d’automobilistes dénonce 72 « radars tirelires » destinés uniquement à récolter de l’argent. L’association les a consignés dans un rapport qu’elle remettra au ministre de l’Intérieur. En descente, cachés, juste après le danger... ces radars ne serviraient pas beaucoup à la sécurité routière mais plutôt aux caisses de l’Etat.

En 2012, les radars ont flashé plus de 21 millions de fois sur les routes de France et ont rapporté 730 millions d'euros. Et parmi eux, certains rapportent plus que d’autres : l’association 40 millions d'automobilistes les appelle les « radars pièges » ou « radars tirelires ». Installés en descente, cachés, situés après le danger ou à un endroit où la vitesse est momentanément abaissée, tous ces radars ne serviraient pas beaucoup à la sécurité routière mais plutôt aux caisses de l’Etat. L'association en a recensé 72 et publie ce lundi les résultats de son audit qu’elle veut maintenant remettre au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls.

« On appelle ça un piège à touristes »

Il est vrai que ces radars sont parfois bien difficiles à éviter. « Sur le périphérique de Montpellier, en fonction de l’heure à laquelle vous passez, la vitesse n’est pas la même sur le radar, explique ainsi Dominique, un habitant de l’Hérault. Sur un créneau du matin et le soir, c’est limité à 90 km/h, alors que c’est 110 en journée. Il faut savoir que l’A9 est bordée de camions en permanence. Les radars sont affichés par des panneaux lumineux que vous ne voyez pas. Si vous n’êtes pas de la région et que vous ne vous doutez pas de la supercherie, vous vous faites piéger. Dans la région, on appelle ça un piège à touristes, une belle tirelire ».

« Pas une ode à l’anti radarisme »

Et les exemples de ce type sont nombreux : sur l’A86, une portion limitée à 70 km/heure comporte 12 radars en 18 kilomètres. Pour Pierre Chasseray, le président de l’association 40 millions d’automobilistes, il ne s’agit pourtant « pas d’ une ode à l’anti radarisme primaire ». Il souhaite simplement mettre un problème en avant : « Comment les automobilistes ont pu passer d’un assentiment aux radars, en 2004, au rejet massif en 2013 ? La réponse, c’est le piège », affirme Pierre Chasseray, invité ce lundi matin de Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Les emplacements des « radars pièges »|||

Cliquez ici pour retrouver le recensement précis des « radars pièges » de France établi par 40 Millions d'automobilistes

Mathias Chaillot avec Hugo Perrier