BFM Business

Romanet: conséquence de la grève d'Air France, "tout n'est pas noir"

Augustin de Romanet était l'invité de BFM Business ce 29 septembre.

Augustin de Romanet était l'invité de BFM Business ce 29 septembre. - BFMBusiness

Augustin de Romanet était l'invité de BFM Business ce 29 septembre. Le PDG d'Aéroports de Paris est notamment revenu sur les conséquences de cette grève historique.

"Cette grève nous a fait perdre beaucoup de clientèle". Augustin de Romanet, PDG d’Aéroports de Paris (ADP), était l'invité de BFM Business ce lundi 29 septembre et est revenu sur la grève historique à Air France. Les pilotes ont annoncé dimanche qu'il mettaient fin à leur mouvement, après deuc semaines de grève. "A Charles-de-Gaulle, nous avons perdu 30% des vols. A Orly, entre 12 et 15%", explique Augustin de Romanet qui ajoute que cette grève a eu un impact aussi sur les magasins.

Néanmoins, si le PDG d'ADP ne peut pas encore chiffrer l'impact, il explique que cela ne représente pas "des centaines de millions d'euros. Air France représente 50% de notre clientèle mais 25% de notre chiffre d'affaires". Il souligne que "tout n'est pas noir, mais il est trop tôt pour tirer un bilan".

ADP avait fait des prévisions de trafic sur l'année dans une fourchette comprise entre 2,7% de croissance et 3,2%. Augustin de Romanet espère encore atteindre le bas de la fourchette malgré cette grève, "s'il ne neige pas au mois de décembre".

"La concurrence n'attend pas"

Mais le PDG d'ADP s'inquiète pour Air France: "Le monde de l'aérien est le domaine de l'économie mondiale qui va croître le plus vite dans les années qui viennent", estime-t-il. Si Air France n'arrive pas à prendre le virage du low-cost, une autre compagnie le fera. "La concurrence ne nous attend pas. En 2005, les low-cost représentaient 30% du marché mondial. Aujourd'hui, ils représentent 45%".

Par ailleurs, il précise qu'en Europe, Air France offre en une semaine 23.000 opportunités de connexions en moins de deux heures, contre deux fois moins à Londres. "Si Air France périclite, il y aura de l'emploi et de l'activité en moins en France".

Interrogé sur une éventuelle demande de dédommagements auprès d'Air France, il a répondu: "La dignité d'une telle demande m'échappe". "La réponse est non". Le PDG s'est dit plutôt enclin à aider la compagnie française à reprendre son programme de vol. ADP a dû organiser des aires de stationnement pour accueillir les avions restés cloués au sol, a-t-il également expliqué.

ADP va dessiner l'aéroport de Daxing

Par ailleurs, Augustin de Romanet s'est réjoui que le projet d'Aéroports de Paris ait été retenu pour le dessin du terminal 1 du futur aéroport de Daxing (sud de Pékin), censé ouvrir fin 2018. Le choix d'ADP Ingénierie s'est effectué à l'issue d'un concours lancé en 2011. Le futur terminal 1, d'une superficie de 700.000 kilomètres carrés, aura une capacité d'accueil de 45 millions de passagers par an dès son ouverture, extensible à 72 millions. Ce nouvel aéroport devrait être l'un des plus grands au monde, avec sept pistes et plus de 100 millions de passagers par an."La concurrence était rude", note Augustin de Romanet.

En Turquie, c'est TAV Airports, détenu à 38% par ADP, qui a signé mi-septembre un accord en vue du rachat de la part de 40% du groupe Limak dans l'aéroport Sabiha Gökçen. "TAV Airports et Malaysia Airports exerceront un co-contrôle sur la gestion du deuxième aéroport d'Istanbul", a souligné ADP. Cet accord permet au groupe de rebondir en Turquie, après qu'il a échoué à remporter en 2013 l'appel d'offre pour le futur aéroport géant d'Istanbul, finalement attribué à un consortium turc.

D. L.