BFM Business

Réunion de la dernière chance à la SNCM

La SNCM doit rembourser pour plus de 400 millions d'aides publiques

La SNCM doit rembourser pour plus de 400 millions d'aides publiques - Boris Horvat - AFP

Partenaires sociaux, actionnaires et représentants de l'Etat ont, pour la dernière fois, rendez-vous ce mardi 28 octobre pour tenter de trouver un terrain d'entente sur l'avenir de la société. Les syndicats rejettent l'option d'un redressement judiciaire voulue par la direction et par le gouvernement.

C'est la réunion de la dernière chance pour la SNCM. Les syndicats, les actionnaires et les représentants de l'Etat se retrouvent une dernière fois ce mardi 28 octobre pour tenter de trouver un terrain d'entente sur l'avenir de la société maritime, dans le cadre de la procédure de conciliation débutée il y a quatre mois.

Cette ultime réunion se tiendra sous l'égide de Gilles Bélier, le médiateur nommé par l'Etat en juillet à la suite de la grève de 17 jours qui avait paralysé l'entreprise l'été dernier.

Repartir de zéro

Jusqu'à présent, les précédentes rencontres ont été stériles. Transdev, entreprise qui détient 66% du capital de la SNCM, plaide pour un redressement judiciaire.

Le groupe estime que cette option, qui a également les faveurs de l'Etat, permettrait de repartir de zéro et de gommer un peu plus de 400 millions d'euros d'aides publiques dont la Commission européenne exige le remboursement. Une nouvelle société, financièrement saine serait ainsi créée.

Lors d'une précédente réunion de médiation, le 8 octobre dernier, la direction de la SNCM avait dans cette optique présenté aux syndicats un "schéma d'exploitation" qui proposait de conserver 800 à 1.000 emplois sur un total de 2.000 dont 1.508 en CDI.

Un plan social à moindre frais

Mais les syndicats contestent vivement ce plan appelé "Poséidon". Les partenaires sociaux jugent qu'une telle opération permettrait surtout au groupe de faire un plan social à moindre frais.

"Sous prétexte du contentieux européen, la direction a présenté un schéma d'exploitation avec 800 à 1.000 emplois supprimés, et aucune garantie pour le personnel restant", avait déclaré début octobre Frédéric Alpozzo (CGT).

En outre, les syndicats considèrent que ce passage au tribunal risquerait de faire perdre à la SNCM la délégation de service public vers la Corse, un marché de plus de 600 millions d'euros qui lui a été attribué jusqu'en 2022.

Un seul repreneur s'est manifesté

Pour le moment, la direction s'est engagée à ne pas déposer le bilan avant le 31 octobre. Cet engagement avait permis de mettre fin à la grève et de gagner du temps pour trouver une solution pérenne à l'avenir de la société.

Mais une fois cette échéance passée, la société devrait être mise en redressement judiciaire. La date du 3 novembre aurait déjà été cochée pour placer la société sous la protection du tribunal de commerce de Marseille, selon une source proche du dossier. Pour le moment, un seul repreneur potentiel s'est manifesté en la personne de la société américaine Baja Ferries.

L'actionnariat de la SNCM

> 66% Transdev (elle-même détenue à 50% par la Caisse des Dépôts et à 50% par Veolia)

> 25% Etat

> 9% Salariés

Julien Marion avec AFP