BFM Business

Retard du Vélib’: Smovengo va payer 8 millions d’euros de pénalités

L'opérateur du Vélib', Smovengo, va devoir payer 8 millions d'euros de pénalités.

L'opérateur du Vélib', Smovengo, va devoir payer 8 millions d'euros de pénalités. - GUILLAUME SOUVANT / AFP

Smovengo, l'opérateur du Vélib' devra verser 8 millions d'euros aux communes adhérentes du service.

Vélib' semble remonter la pente ces dernières semaines mais après une année chaotique, l'opérateur Smovengo va devoir passer à la caisse. Sur France 3, Catherine Baratti-Elbaz, présidente du Syndicat mixte Autolib' Vélib' métropole confirme qu'un accord financier a été trouvé. Smovengo devra payer 8 millions d'euros de pénalités aux communes adhérentes au service. Compte tenu du retard, le syndicat mixte était en mesure de réclamer 1 million d'euros de pénalités par mois de retard.

"Nous avons abouti à un accord que j'ai présenté aux élus du syndicat il y a quelques jours et qui l'ont accepté, nous allons avoir une facture pour les collectivités qui sera inférieure de moitié à ce qu'elle aurait dû être (...). Le syndicat paiera 18 millions au lieu des 40 qui étaient prévus initialement", précise Catherine Baratti-Elbaz dans l'émission Parigo de France 3. 

Une facture moins élevée pour le contribuable

La facture sera donc moins salée pour le contribuable avec dans le détail une économie de 22,2 millions d'euros. Dans le détail, le syndicat mixte a obtenu une baisse de 14,2 millions d'euros auxquels s'ajoutent les 8 millions d'euros de pénalités. Le coût d'exploitation sera par ailleurs limité aux communes qui disposant d'une station en 2018 et ce au "prorata temporis", précise France 3. 

"Je pense que c'est un compromis financier qui prend acte de la défaillance de l'opérateur pendant cette année 2018 mais qui nous permet aussi de nous projeter vers l'avenir, avec l'idée que nous allons continuer à travailler avec Smovengo pour développer le service et retrouver tous nos abonnés", appuie Catherine Baratti-Elbaz. 

Néanmoins, Vélib' a encore du chemin avant d'être totalement opérationnel. Le vélo en libre-service dispose désormais de plus d'un millier de stations sur les quelque 1.400 prévues mais des communes adhérentes restent encore très mal desservies. Et si l'amélioration du service s'est traduit par une hausse du nombre de trajets, les utilisateurs rencontrent encore des difficultés à certaines stations pour faire fonctionner les vélos. 
C.B.