BFM Business

Renault ravit à PSA sa place de deuxième constructeur européen

PSA était jusqu'à présent le dauphin de Volkswagen

PSA était jusqu'à présent le dauphin de Volkswagen - Éric Piermont - AFP

La marque au losange a vendu 1,348 million de voitures en Europe depuis le début de l'année contre 1,342 pour son rival français, selon les derniers chiffres publiés par l'association des constructeurs européens.

Le lion ne rugit plus autant. Selon les derniers chiffres de l'association des constructeurs européens, Renault a ravi à PSA son rang de deuxième constructeur du Vieux Continent (derrière Volkswagen).

Selon l'ACEA, Renault a écoulé 1,348 million de voitures en 11 mois sur le Vieux continent (+12%), tandis que PSA en a vendu 1,342.

L'écart est plus conséquent encore en novembre: quelque 124.000 automobiles mises sur les routes pour Renault (+16,8%) et 107.000 chez PSA (-4,3%).

Volkswagen loin devant

Tous deux restent loin de Volkswagen, qui règne sur 23,9% du marché avec 3,23 millions d'immatriculations neuves en 11 mois, en progression de 3,1%. Ses livraisons ont augmenté de 6,5% en novembre, selon l'ACEA.

Les deux enseignes du groupe au Losange contribuent à sa dynamique: les immatriculations de Renault progressent de 12,8% depuis début 2016, tandis que celles de Dacia, spécialiste du "low-cost", croissent de 9,8%.

Situation contrastée en revanche chez PSA: Peugeot évolue dans le vert sur 11 mois (+3%) mais Citroën fait du surplace (-0,2%) et DS subit un revers (-9,9%). En novembre, la marque aux aspirations luxueuses est même en perdition (-35,4%).

Ford 4e

Si Renault semble bénéficier de l'effet de modèles récents dans des segments à fort volume, il est encore trop tôt pour voir dans les chiffres de PSA l'arrivée de voitures à important potentiel commercial, telles les nouvelles Peugeot 3008 et Citroën C3.

Après un petit mois de novembre (+1,9%) et une année 2016 jusqu'ici sous la moyenne (+3,7%), Ford reste le quatrième groupe en Europe et accroche 7% du marché, devant Opel (General Motors) qui obtient 6,7% des immatriculations et voit ses volumes croître de 5,7% sur 11 mois.

Le groupe de prestige BMW (avec Mini) le suit de très près, ses livraisons progressant de 11,5% depuis janvier. Il surclasse lui-même d'un cheveu en volume le généraliste Fiat-Chrysler dont le rythme supérieur sur 11 mois (+14,5%) doit beaucoup à Jeep (+21,3%).

Toyota en forme

Encore distancé par BMW, son concurrent allemand Daimler (Mercedes et Smart) se contente de 6,2% du marché européen depuis janvier mais grignote son retard avec une croissance des livraisons de 13,5%.

Autre rivalité, celle des Japonais. Toyota, en forme avec une hausse de 7,6% de ses livraisons en 11 mois et 4,2% du marché, triomphe de Nissan qui est l'un des rares dans le rouge sur la période (-1,1%, pour 3,7% des immatriculations totales).

Les cousins sud-coréens Hyundai et Kia confirment qu'ils ont le vent en poupe avec des croissances des ventes respectives de 9% et 13,4% depuis début 2016. En bas de classement, les livraisons de Jaguar ont explosé cette année: +71,2%.

J.M. avec AFP