BFM Business

Renault-Nissan: tous les voyants sont au vert du côté des synergies

L'alliance entre les deux constructeurs a permis de générer 4,3 milliards d'euros de synergies, que Renault et Nissan comptent bien poursuivre.

À deux, on est plus fort. L'alliance entre Renault et Nissan a réalisé 4,3 milliards d'euros de synergies l'an dernier, un chiffre en progression de 13% sur un an. Résultat d'une augmentation des mutualisations entre les deux constructeurs.

Les synergies ont débuté dans les années 2000 par les achats. Les besoins des deux constructeurs ont été mutualisés. Un moyen de faire pression sur les fournisseurs. Renault et Nissan ont ensuite utilisé les mêmes centres de développement. Dernière étape l'an dernier, avec l'utilisation de plateformes communes et le partage des usines.

Les synergies en hausse en 2018

C'est l'exemple de l'Alaskan, le premier pickup de Renault qui a été développé sur la base technique du Nissan Navara. Les deux véhicules sont assemblés dans l'usine de Nissan au Mexique. Ou encore en Inde où Nissan, qui a bénéficié du savoir-faire de Renault dans l'ultra low cost, va commercialiser la Go, une voiture développée à partir de la Kwid de Renault. Les deux véhicules sont fabriqués dans l'usine du français à Chennai.

Et pas question de s'arrêter en si bon chemin. Le montant des synergies va connaître un coup d'accélérateur d'ici à 2018. En partie grâce au rachat de Mitsubishi par Nissan et de son intégration progressive dans le mécano industriel de l'alliance.

Mathieu Sévin