BFM Business

Renault-Nissan finalise la prise de contrôle des Lada

Carlos Ghosn (deuxième en partant de la droite) et l'équipe dirigeante d'Avtovaz, en décembre 2012, lors de la signature de l'accord permettant à Renault de prendre le contrôle du constructeur russe.

Carlos Ghosn (deuxième en partant de la droite) et l'équipe dirigeante d'Avtovaz, en décembre 2012, lors de la signature de l'accord permettant à Renault de prendre le contrôle du constructeur russe. - -

Le groupe nippo-français a, ce lundi 30 juin, achevé l'opération lui permettant de détenir 50,01% du capital d'Avtovaz; groupe russe producteur des Lada. L'investissement total est de 500 millions d'euros.

Les Lada rouleront désormais pour la même écurie que les Clio et les Qashqai. Ce lundi 30 juin, l'alliance franco-nippone a finalisé la prise de contrôle du constructeur automobile Avtovaz, propriétaire de la célèbre marque Lada.

"La transaction a été finalisée le 18 juin", a indiqué à l'AFP une porte-parole de Renault. "La part effective (de Renault-Nissan) dans le capital d'Avtovaz est de 50,01%. La prise du contrôle sur Avtovaz ne change en rien la stratégie de l'entreprise", a-t-elle ajouté.

Techniquement, Renault-Nissan détient 67% d'une société commune avec la holding publique russe Rostec, qui elle-même détient 74,51% d'Avtovaz. La transaction représente un investissement de 23 milliards de roubles(environ 500 millions d'euros au cours actuel) étalé depuis la signature de l'accord fin 2012.

Frappé par le ralentissement de la croissance russe

L'alliance franco-japonaise avait alors conclu cette transaction afin d'asseoir sa présence sur le deuxième marché automobile en Europe, alors en pleine croissance. Depuis, les ventes automobiles y ont cependant subi de plein fouet le ralentissement de la croissance en Russie.

Les ventes d'Avtovaz ont chuté de 12% en 2013, entraînant des pertes nettes pour le constructeur, et la tendance s'est poursuivie sur les cinq premiers mois de l'année.

Après le départ pour le secteur spatial de son directeur général Igor Komarov fin 2013, les actionnaires ont désigné pour le remplacer un ancien cadre de General Motors, Bo Andersson. Ce Suédois, premier dirigeant non Russe du constructeur, a lancé dès son arrivée un plan social prévoyant la suppression en 2014 de 10% du personnel d'Avtovaz, soit 7.500 postes.

Le nouveau patron du groupe s'est fixé comme objectif un retour à la rentabilité dès cette année.

J.M. avec AFP