BFM Business

Renault: la faillite de Better Place ne remet pas en cause sa stratégie électrique

Shai Agassi, fondateur de Better Place, en 2009. La société israélo-américaine, partenaire de Renault, a fait faillite.

Shai Agassi, fondateur de Better Place, en 2009. La société israélo-américaine, partenaire de Renault, a fait faillite. - -

Le partenaire de Renault spécialisé dans les batteries des véhicules électriques vient d'annoncer son dépôt de bilan. Mais cela ne change rien au développement du secteur selon le constructeur français.

La faillite de Better Place, groupe israélo-américain spécialiste des batteries pour voitures électriques, n’est "pas du tout une remise en cause" de la stratégie de véhicule électrique de Renault, qui était partenaire du groupe, a annoncé un responsable de la marque losange ce lundi 27 mai.

Remédier au problème du temps de rechargement

Better Place a annoncé son dépôt de bilan dimanche soir. La société avait été créée en 2007 par Shai Agassi, et était spécialiste du remplacement rapide de batterie des voitures électriques, qui permettait d’échanger une batterie vide par une pleine, sans avoir à attendre le temps de charge.

Better Place disposait de 38 stations de changement de batterie en Israël et 17 au Danemark. Renault avait conclu un partenariat avec le groupe israélo-américain prévoyant la livraison de 100.000 voitures électriques fabriquées par Renault d’ici 2016.

Des ventes 100 fois moins importantes qu'espérées

Mais seul un millier de véhicules ont été vendu, "à peine un peu plus de 1% du volume total" a affirmé Gilles Normand, directeur des opérations de Renault pour la région Asie-Pacifique.

L’investissement dans ce partenariat représentait "une part extrêmement limitée" des quatre milliards d’euros débloqués par Renault pour l’électrique, a-t-il poursuivi, sans toutefois en préciser le montant.

Ce dépôt de bilan ne devrait donc rien changer à la stratégie de développement de véhicules électriques menée par Renault. "C'est une des pistes qui ne marche pas, mais le futur du véhicule électrique n'est absolument pas remis en cause", a déclaré Gilles Normand.

A LIRE AUSSI: >> La voiture électrique, comment ca marche?

A.D. avec agences