BFM Business

Renault : «Abandonner l’alliance avec Nissan serait irresponsable» affirme Bruno Le Maire

Le ministre de l’Economie a accordé une interview à BFM Business, notamment sur la fusion avortée entre Renault et Fiat-Chrysler. « Cela reste une opportunité » affirme le ministre.

Retour sur le « fiasco » de la fusion entre Renault et Fiat-Chrysler. Depuis le salon du Bourget, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire accordé une interview à BFM Business sur le transport aérien mais aussi sur la situation de Renault. Une fusion avec Fiat-Chrysler est-elle toujours d’actualité ? « Cela reste une opportunité » souligne Bruno le Maire. « Mais l’Etat actionnaire de Renault a une position constante depuis deux ans. Lorsque je recevais Carlos Ghosn, je lui disais que la priorité était à la consolidation de l’alliance avec Nissan », soulignant qu’il avait « confirmé » cette directive à Jean-Dominique Senard.

« Si vous abandonnez cette alliance (avec Nissan), vous abandonnez la proie pour l’ombre et je pense que c’est irresponsable. Ce serait fait courir un risque à une entreprise emblématique française comme Renault » martèle le ministre.

Une assemblée générale de Nissan aura lieu le 26 juin prochain pour proposer une nouvelle gouvernance. « Je souhaite que Renault vote cette gouvernance pour montrer que l’on a retrouvé le chemin du travail en commun » explique Bruno Le Maire. « Qu’ensuite, dans une deuxième étape, il y ait une véritable consolidation de cette alliance entre Renault et Nissan, d’ici septembre, c’est la priorité et, quand nous serons fort, nous pourrons réfléchir à une consolidation avec un groupe étranger. »

De conclure : « Jamais l’Etat n’a mis son véto à cette opération, il a juste demandé des délais supplémentaires pour s’assurer du soutien de Nissan. Il faut savoir prendre son temps, l’Etat n’agira ni dans la contrainte, ni dans la précipitation. »