BFM Business

Renault a engagé le licenciement de Dominique Gevrey

Renault a reçu vendredi pour un entretien préalable de licenciement un représentant de Dominique Grevrey, ancien membre du service de sécurité du constructeur, incarcéré pour escroquerie présumée. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

Renault a reçu vendredi pour un entretien préalable de licenciement un représentant de Dominique Grevrey, ancien membre du service de sécurité du constructeur, incarcéré pour escroquerie présumée. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen - -

Renault a reçu vendredi pour un entretien préalable de licenciement un représentant de Dominique Grevrey, ancien membre du service de sécurité du constructeur incarcéré pour escroquerie présumée.

Un porte-parole du groupe au losange a précisé à Reuters, en marge de l'assemblée générale annuelle, qu'en vertu du délai légal le sort définitif de Dominique Gevrey sera décidé en début de semaine prochaine.

La loi impose à l'entreprise un délai de réflexion d'au moins 48 heures avant l'officialisation du licenciement.

Dominique Gevrey a été mis en examen le 13 mars pour escroquerie en bande organisée dans la fausse affaire d'espionnage industriel qui a touchée Renault cette année et dont il serait à l'origine. Il est soupçonné d'avoir produit de fausses informations à sa direction sur de prétendus faits de corruption et d'espionnage visant trois cadres, obtenant ainsi au moins 310.000 euros en rémunération.

Il a jusqu'ici nié les faits et assuré avoir rémunéré un informateur.

Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot