BFM Business

Quatre lignes de trains de nuit pourraient fermer le 1er octobre

Les liaisons Paris-Briançon seront maintenues.

Les liaisons Paris-Briançon seront maintenues. - AFP - Joel Saget

Le secrétaire d'État aux Transports prévient que certaines lignes seront stoppées si d'autres financements que ceux issus de l'État ne sont pas trouvés d'ici à cet automne.

Quatre des huit lignes de trains Intercités de nuit, dont l'État a déjà annoncé l'arrêt des subventions, fermeront le 1er octobre si aucun opérateur privé ne veut les reprendre et que les régions concernées ne les financent pas, a annoncé jeudi le secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies.

Les lignes appelées à disparaître cet automne sont celles reliant Paris à la Savoie (Saint-Gervais et Bourg-Saint-Maurice) et à Albi, ainsi que celles reliant Strasbourg et Luxembourg à Nice et Portbou (Espagne).

Liaison Paris-Briançon maintenue

Deux autres lignes, reliant la capitale à Irun (Espagne) et à Nice bénéficieront d'un sursis, respectivement jusqu'en juillet et octobre 2017, tandis que les liaisons Paris-Briançon et Paris-Latour-de-Carol seront maintenues, comme annoncé en février par AlainVidalies.

Cette décision vise à résorber les pertes financières des trains de nuit, qui ne transportent que 3% des voyageurs mais représentent un quart du déficit des Intercités (au moins 400 millions d'euros prévus cette année), soit "plus de 100 euros de subvention publique" par billet vendu, a souligné le secrétaire d'État aux Transports lors d'une conférence de presse.

"Je confirme la décision du gouvernement de ne plus financer l'exploitation de ces lignes, mais je reste à l'écoute de toute offre de reprise" ou "de financement tiers, c'est-à-dire par les régions", a-t-il déclaré, signalant qu'une discussion "est en cours entre la région Occitanie et SNCF Mobilités" au sujet de la liaison Toulouse-Cerbère.

"La porte reste ouverte"

Aucun opérateur privé n'a répondu de manière satisfaisante à l'appel à manifestation d'intérêt lancé en avril par le gouvernement pour les six lignes qui ne seront pas conservées.

Le groupe français Transdev (filiales de la Caisse des dépôts et de Veolia) a proposé de reprendre les deux lignes que l'État entend garder, pour éventuellement "en sauver une ou deux de plus". Mais cette réponse "ne correspondait pas à la demande", a estimé Alain Vidalies, indiquant toutefois que "la porte reste ouverte pour trouver une solution" qui "n'implique pas les finances de l'État".

A.R. avec AFP