BFM Business

PSA se réorganise pour accélérer à l'international

Carlos Tavares, le patron de PSA.

Carlos Tavares, le patron de PSA. - ERIC PIERMONT / AFP

En plein processus de fusion avec Fiat-Chrysler, le groupe redistribue les cartes et va muscler son management. Objectif, garder intacte les dynamiques actuelles des marques et accélérer le développement à l'international.

La fusion avec Fiat-Chrysler va accélérer le mouvement... Mais l'impulsion était bel et bien donnée. Carlos Tavares l'avait dit l'année dernière, PSA doit sortir d'un modèle trop centré sur l'Europe, ou le groupe réalise 80% de ses ventes

Mais pour cela, il faut aussi miser sur le potentiel des différentes marques du groupe. C'est pourquoi le grand patron de PSA va prendre directement sous son aile deux de ses plus hauts managers. Linda Jackson, patronne de Citroën depuis 2014, et créditée de l'extraordinaire essor commercial de la marque ces deux dernières années, va être chargée d'une étude stratégique sur la différenciation des marques au sein du groupe, notamment en termes de style et de marketing.

Yves Bonnefond, qui dirigeait la marque haut de gamme DS jusque là, sera lui chargé d'étudier les nouveaux potentiels de synergies industrielles. Les deux managers seront remplacés par leurs directeurs généraux à la tête de leurs marques respectives. Vincent Cobée, ancien de l'Alliance Renault Nissan et récemment recruté, va prendre la tête de Citroën et c'est Béatrice Foucher qui va prendre les rênes de DS.

Un changement d'organigramme stratégique en plein milieu d'une fusion avec Fiat Chrysler qui risquait de rendre un peu plus flou, dans un premier temps, l'identité et le rôle de chaque marque.

Antoine Larigaudrie