BFM Business

Pour le patron de la SNCF, la situation d'Eurostar est "très critique"

Alors qu'Eurostar risque le dépôt de bilan au printemps, le patron de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, estime que cette filiale de la compagnie française doit être aidée comme les compagnies aériennes.

Eurostar bientôt en dépôt de bilan? C'est le scénario qui se profile à l'horizon pour cette entreprise, filiale de la SNCF. La compagnie ferroviaire a prévenu ce lundi qu'elle pourrait se retrouver en cessation de paiement à la fin du printemps si les gouvernements britannique et français ne viennent pas à sa rescousse.

Brexit et crise sanitaire

Pour Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, cette situation difficile s'impose comme une conséquence de la crise sanitaire et du Brexit.

La situation est très critique sur Eurostar, les conditions sanitaires qui venaient se rajouter au Brexit, en plus c’est les situations sanitaires de plusieurs pays qui ne se combinent pas, l’Angleterre, la France, la Belgique, les Pays-Bas… c’est très compliqué. Aujourd’hui on a qu’un aller-retour qui circule entre Londres et Paris un autre qui fait Londres Bruxelles Amsterdam et ces trains-là sont remplis à 10%", a-t-il expliqué au micro de France Inter.

Des aides similaires à celles des compagnies aériennes?

Quelle solution alors? Jean-Pierre Farandou compte sur de nouvelles aides qui pourraient être accordées, comme pour les compagnies aériennes, avec la difficulté de négocier avec plusieurs gouvernements.

On a déjà remis de l’argent dans le capital d’Eurostar pour les aider à passer cette mauvaise passe, là on discute avec les gouvernements français et anglais et on espère qu’à travers ces discussions on aura un système qui nous permettra d’aider cette société qui est une filiale. Il y a la SNCF mais pas que, il y a 55% SNCF, les chemins de fer belges qui sont aussi présents et des investisseurs privés. Il faut voir comment on arrive à aider cette société comme les compagnies aériennes ont été aidées: il ne serait pas anormal qu’Eurostar bénéficie d’aides pour traverser jusqu’au bout cette mauvaise passe.

Eurostar demande à accéder aux mêmes prêts garantis que les compagnies aériennes, et voudrait une réduction temporaire sur les péages acquittés pour faire circuler ses trains. La compagnie espère aussi une coordination des contraintes sanitaires entre les quatre pays desservis, selon Jacques Damas, directeur général d'Eurostar.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto