BFM Business

Plastic Omnium se met à l'électrique

Les marges de la division auto de Plastic Omnium lui permettent d'investir dans la mobilité électrique.

Les marges de la division auto de Plastic Omnium lui permettent d'investir dans la mobilité électrique. - Plastic Omnium

L'équipementier spécialiste des réservoirs à carburant va se diversifier en concevant des contenants à électricité et à hydrogène.

L'équipementier français Plastic Omnium, qui fabrique notamment des réservoirs de carburant, s'intéresse désormais aussi à la mobilité électrique via l'hydrogène, a annoncé vendredi son PDG Laurent Burelle.

"Nous devons offrir des systèmes à contenant de carburant évolutifs. Nous sommes convaincus qu'il y aura une évolution. Certains disent qu'en 2035 l'électrique représentera jusqu'à 20%" des ventes d'automobiles dans le monde, a expliqué Laurent Burelle lors d'une conférence de presse au Mondial de l'automobile à Paris. "Si c'est le cas, nous voulons offrir notre part de ces 20% de contenants d'électricité. Soyons prêts. Il faut faire, dix ans avant, des paris technologiques très forts, nous en faisons un sur l'hydrogène", a encore dit le PDG.

Une co-entreprise en Israël

Concrètement, cette nouvelle piste se traduit pour Plastic Omnium par la formation d'une start-up en co-entreprise avec la société israélienne ELBIT Systems, "dans le domaine des piles à combustible et des super-condensateurs, POCellTech", a indiqué la firme française. "Un centre de recherche commun vient d'ouvrir à Césarée en Israël. Plastic Omnium y apporte son expertise automobile dans la gestion des systèmes électroniques et des fluides", a précisé l'entreprise dans un communiqué.

En outre, à Paris, Plastic Omnium présente un "prototype de stockage d'hydrogène haute pression, capable d'assurer une grande autonomie avec un temps de recharge limité à 3 mn, contre plusieurs heures pour les véhicules électriques". Et Plastic Omnium a annoncé qu'il allait ouvrir en 2019 à Bruxelles un centre de recherche fondamentale sur les nouvelles énergies, un investissement de 50 millions d'euros.

Des problèmes de coût

Les véhicules à hydrogène sont en fait électriques, l'énergie étant fournie par une pile à combustible n'émettant que de la vapeur d'eau en fonctionnement. Le développement de cette technologie, déjà diffusée en petite série chez Toyota et Hyundai, se heurte toutefois pour l'heure à des problèmes de coût et d'infrastructure.

Porté par la forte croissance de sa division automobile, Plastic Omnium a publié fin juillet un bénéfice net part du groupe en hausse de 9,5% à 155,3 millions d'euros pour le premier semestre et atteint une marge opérationnelle supérieure à 10%.

Suivez ici en direct toutes les actualités du Mondial de l'automobile 2016

N.G. avec AFP