BFM Business

Paris veut augmenter les tarifs de stationnement

Le stationnement va devenir payant en soirée jusqu'à 20 heures contre 19 heures actuellement.

Le stationnement va devenir payant en soirée jusqu'à 20 heures contre 19 heures actuellement. - François Guillot -AFP

Fini le stationnement gratuit le samedi et au mois d’août dans la capitale. La Ville compte en effet réformer la politique tarifaire des 142.000 places payantes de surface à compter du 1er janvier. Avec à la clé, des prix doublés dans certaines zones.

Circuler dans Paris est un enfer, se garer l'est aussi pour le porte-monnaie. La Mairie est en effet en train de préparer une réforme des tarifs de stationnement applicable au 1er janvier 2015. Ce sont les 142.000 places payantes de surface, qui représentent 18% du stationnement total, qui sont concernées, selon un projet de délibération que l'AFP s'est procurée.

Premier axe de cette réforme: réduire les temps de gratuité. Ainsi, le stationnement deviendra payant en journée jusqu’à 20 heures, contre 19 heures actuellement. De plus, il faudra aussi mettre une pièce dans l'horodateur le samedi et en août.

De 40 centimes à 1,20 euro d'augmentation

La ville a aussi décidé de simplifier les zones de tarifications, en passant de 3 à 2, et d’augmenter les tarifs. Ainsi, pour une heure de stationnement, il faudra débourser 4 euros dans le centre de Paris (contre 3,60 actuellement) et 2,40 euros dans le reste de la capitale, alors que dans certains quartiers il n’est que de 1,20 euro aujourd’hui.

Les résidents aussi vont voir la note s’alourdir: la carte de stationnement annuelle est actuellement gratuite. Elle deviendra payante pour les ménages imposables. Ils devront payer 45 euros pour la carte valable un an ou 90 euros pour celle valable 3 ans. Les titulaires de cette carte devront aussi payer 1,50 euro de l'heure (0,65 euro aujourd'hui), et 9 euros la semaine (au lieu de 3,25 actuellement).

Mettre fin aux voitures qui monopolisent les places

La ville justifie cette augmentation par la volonté de désencombrer l’espace public : les tarifs trop attractifs favorisent le phénomène des voitures ventouses, qui ne bougent pas de la semaine. Selon Christophe Najdovski, adjoint écologiste aux Transports de la mairie de Paris contacté par l’AFP, le projet permet de rapprocher les tarifs des places en surface de ceux des parkings souterrains afin d'inciter les automobilistes à y garer leurs voitures, et ainsi d'améliorer la "rotation des places".

Les tarifs préférentiels dans 80 parcs de stationnement souterrains concédés de la Ville de Paris seront maintenus. Mais cette réforme permettra aussi à la mairie de Paris d’empocher 50 millions d’euros supplémentaires par an.

La ville va soumettre au vote mi-décembre cette réforme. Le groupe UMP au Conseil de Paris a fait connaître son désaccord dans un communiqué, en accusant la majorité de mettre "à contribution de manière brutale l'ensemble des automobilistes", dans le but de "boucler son budget 2015".

C.C.