BFM Business

Paris: une association d'usagers des transports veut un remboursement "automatique" lors des grèves SNCF

Arnaud Bertrand, le président de l'association "Plus de trains" invité sur notre antenne ce lundi soir, regrette que les usagers de la SNCF ne puissent pas tous être remboursés de la même manière en cas de grève de la compagnie ferroviaire.

Après le mouvement social à la SNCF qui a perturbé la circulation pendant trois jours, Arnaud Bertrand, le président de l’association d'usagers des transports "Plus de Trains" appelle à un remboursement automatique pour les usagers en cas de grève de la compagnie ferroviaire. 

"Certains n'ont pas pu prendre leur TGV et ont dû prendre un avion. Ils bénéficieront d'un fonds d'indemnisation. Les passagers qui devaient prendre un RER et qui n'ont pas pu, eux, ont du commander un taxi. Ils n'auront le droit à rien", déplore Arnaud Bertrand sur BFM Paris. "On ne comprend pas les raisons de ce déséquilibre. Pourquoi les usagers du RER et du Transilien, qui ont déjà des difficultés si lourdes toute l'année, n'ont rien?".

Le soutien de Valérie Pécresse

"Ce qui est compliqué, c'est qu'il existe un contrat entre Ile-de-France Mobilités (l'autorité organisatrice des transports en Ile-de-France, NDLR), et la SNCF", explique le président de l'association. "Mais ces contrats ne sont pas très clairs et permettent à la SNCF de ne pas nous rembourser."

Il appelle ainsi Valérie Pécresse, présidente d'Ile-de-France Mobilités à réclamer, lors de prochaines négociations, un remboursement automatique des frais spéciaux et d'une partie du passe Navigo en cas de grève "significative" de la SNCF. 

Il rejoint ainsi les propos tenus par Valérie Pécresse dès vendredi, qui appelait à la mise en place urgente d'un "remboursement automatique des voyageurs" en cas de service non assuré par la SNCF.

Alors que dimanche, le PDG de la SNCF Guillaupe Pepy assurait que "tous les billets" seraient "intégralement remboursables" après le mouvement social du week-end, la présidente de la région Ile-de-France tape du poing sur la table. Selon elle, les Franciliens sont exclus puisqu'ils voyagent pas avec un billet classique mais, pour la plupart, avec le passe Navigo, payé annuellement ou mensuellement. 

Cyrielle Cabot