BFM Business

Ordinateurs en cabine: toutes les interdictions ne sont pas levées

Les passagers en provenance de quatre aéroports sont toujours concernés par l'interdiction.

Les passagers en provenance de quatre aéroports sont toujours concernés par l'interdiction. - StelaDi - Pixabay

Les passagers en provenance de quatre aéroports ne peuvent toujours pas transporter d'appareils électroniques en cabine. Il s'agit de Ryad et Jeddah.

Les passagers en provenance de deux aéroports étrangers restent visés par l'interdiction américaine de transporter des ordinateurs portables et tablettes en cabine, a indiqué le ministère de la Sécurité intérieure.

Washington a annoncé cette mesure le 21 mars par crainte que le groupe jihadiste État islamique ne parvienne à concevoir une bombe dissimulée dans des appareils électroniques personnels. Huit aéroports ont été retirés de cette liste après avoir amélioré leurs contrôles de sécurité, et il n'en reste donc plus que deux: Ryad et Jeddah en Arabie saoudite. Pour le Caire en Égypte et Casablanca au Maroc, l'interdiction vient d'être levée.

Dans les bagages en soute

Les passagers en provenance de ces deux aéroports doivent donc transporter tous leurs appareils électroniques dont la taille est supérieure à celle d'un téléphone portable dans leurs bagages en soute.

Dans la foulée de la décision américaine, le Royaume-Uni avait annoncé une interdiction quasi similaire affectant la Turquie et cinq pays du monde musulman (Liban, Jordanie, Égypte, Tunisie et Arabie saoudite).

Fin juin, les Américains ont renforcé ces mesures de sécurité pour tous les vols à destination des États-Unis, sans toutefois généraliser l'interdiction des ordinateurs portables en cabine. Les compagnies et 280 aéroports ayant des vols à destination des États-Unis devaient notamment installer des scanners de détection d'explosifs et faire patrouiller davantage de chiens renifleurs d'explosifs.

D. L. avec AFP