BFM Business

On peut désormais relier Bordeaux à Genève sans quitter l'autoroute

On rejoint Bordeaux à Genève sans quitter l'autoroute grâce à l'ouverture d'un tronçon reliant l'A89 à l'A6 au nord de Lyon.

On rejoint Bordeaux à Genève sans quitter l'autoroute grâce à l'ouverture d'un tronçon reliant l'A89 à l'A6 au nord de Lyon. - APPR

Grâce à l'ouverture d'un tronçon manquant reliant l'A89 à l'A6 au nord de Lyon, la traversée intégrale par autoroute de la France depuis Bordeaux jusqu'à la frontière suisse et Genève, est possible en moins de 7 heures.

Dès ce samedi 3 mars, il est possible de rejoindre Bordeaux à Genève sans quitter l'autoroute grâce à l'ouverture d'un dernier tronçon manquant, permettant de relier l'A89 à l'A6 au nord de Lyon. Pour réaliser ce dernier maillon, trois années de travaux ont été nécessaires pour transformer quatre kilomètres de route en autoroute et construite 1,6 km d'autoroute nouvelle. La jonction comprend un viaduc de 220 mètres de long.

Il ne manquait que ces 5,5 petits kilomètres pour permettre la traversée "horizontale" de la France, qui sera désormais possible en 6H50, selon la société d'autoroutes APRR. Avant l'ouverture à la circulation de ce dernier tronçon, il fallait emprunter des routes nationales en zones urbaines qui se transformait fréquemment en goulet d'étranglement et en bouchons dès que le trafic routier augmentait.

La transversale autoroutière de la France est terminée

Si l'A89 et l'A6 (hors agglomération lyonnaise) sont des autoroutes à péage, cette nouvelle liaison est gratuite. Sa vocation première sera de fluidifier la circulation, entre Loire et Rhône

Avec l'achèvement de ce dernier tronçon de l'autoroute A89, celle-ci voit sa construction enfin achevée alors que les premiers travaux avait débuté dans les années 1990, en Corrèze. Cette autoroute transversale a été voulue pour désenclaver le centre de la France, relié jusqu'alors uniquement à Paris. La seule transversale entièrement autoroutière de France est donc désormais terminée et ouverte à la circulation.

Frédéric Bergé