BFM Business

On a testé la nouvelle Renault low-cost

-

- - -

Après la Logan, Renault lance la Sandero le 27 juin en France. Son prix : 7 800 euros en entrée de gamme.

Le quotidien Le Parisien/Aujourd'hui en France, dans son édition du 17 juin, a testé la Sandero et semble déçu : « Le pédalier qui vibre, la boite de commande de vitesses un peu lâche, une direction un peu floue dans les virages, des reprises poussives si on n'appuie pas franchement sur l'accélérateur et une consommation de carburant largement au-dessus de 10 litres aux 100 km. Avec un taux de rejet de CO2 de 170g par kilomètre parcouru, la Sandero sera touchée par un malus écologique : 750 euros en plus ».

« Une Logan en plus sexy »

Cependant, Jean-Luc Moreau, le spécialiste auto de RMC, n'est pas du tout de cet avis : « Je l'ai essayée il y a un mois au Brésil et là-bas c'est déjà un gros carton, la plus grosse vente de Renault au Brésil. Vous prenez une Logan, vous la transformez en une voiture un peu plus sexy, vous enlevez le coffre et vous faites une voiture 5 portes un peu plus pratique, vous gardez les avantages de la Logan avec un confort équivalent à une Mégane, une fiabilité à toute épreuve et vous avez une voiture qui est plus que parfaitement dans le coup ».

« Elle est de 3 à 5 000 euros moins cher que ce qu'on peut trouver dans la gamme Renault à performances équivalentes. Le problème des journalistes, c'est qu'ils descendent d'Audi ou de BMW et quand ils montent dans une Sandero ils disent que ça n'avance pas. Pour rouler à 130 km/h sur l'autoroute c'est plus que largement suffisant ».

« Pour la pollution, vous avez une bonne solution : pour moins de 10 000 euros, vous achetez une Sandero, vous la faites équiper avec du GPL et vous aurez une voiture qui pollue moins et vous coûtera 75 centimes d'euro par litre de carburant. Je peux vous garantir qu'avant la fin de l'année la Sandero va être un carton en France ».

« Il y a un décalage : les voitures à bas prix se vendent bien, tout comme les véhicules « premiums ». Mais entre les deux, il y a un gros flou, un marché mou, et la Sandero va encore grignoter sur ce marché mou. Renault vendra moins de Clio et de Mégane au profit de la Sandero ».

La rédaction-Bourdin & Co