BFM Business

Michelin annonce un bénéfice net en hausse et confirme ses objectifs

Le président de Michelin, Jean-Dominique Senard, à l'annonce des résultats de son groupe le 26 juillet 2016

Le président de Michelin, Jean-Dominique Senard, à l'annonce des résultats de son groupe le 26 juillet 2016 - ERIC PIERMONT / AFP

L'amélioration de la rentabilité du groupe contrebalançant le repli de son chiffre d'affaires, Michelin a annoncé mardi un bénéfice net en hausse et le maintien de ses objectifs pour 2016.

Michelin a publié mardi un bénéfice net en hausse de 9% à 769 millions d'euros pour le premier semestre et confirmé ses objectifs pour 2016. Les ventes nettes du manufacturier français de pneumatiques ont atteint 10,29 milliards d'euros sur la période (-2%), la hausse des volumes de 2,5% étant contrebalancée par l'effet négatif des clauses d'indexation des cours des matières premières et surtout des parités de monnaies de pays émergents avec l'euro, a précisé l'entreprise.

La société clermontoise, qui a renforcé son plan de compétitivité, a dit en avoir tiré 155 millions d'euros d'économies au premier semestre. Elle a aussi amélioré sa rentabilité opérationnelle, sa marge opérationnelle sur activités courantes s'établissant à 13,7% (+1,7 point).

Le groupe confirme ses objectifs 2016

Sur l'ensemble de l'année 2016, Michelin a confirmé ses objectifs financiers d'"une croissance des volumes supérieure à l'évolution mondiale des marchés, d'un résultat opérationnel sur activités courantes en croissance hors effet de change et de génération d'un cash-flow libre structurel supérieur à 800 millions d'euros".

Interrogé sur les conséquences du "Brexit", le directeur financier du groupe, Marc Henry, a affirmé que l'exposition de Michelin au Royaume-Uni n'était "pas si énorme que ça". "La seule question que l'on a, c'est l'impact du Brexit sur l'activité économique globale" davantage que l'activité outre-Manche, a-t-il ajouté. Dans l'immédiat, Michelin a augmenté ses prix au Royaume-Uni afin d'"éviter de créer du (marché) parallèle" sur fond de chute du cours de la livre sterling, a confié M. Henry.

T.O avec AFP