BFM Business

Marwan Lahoud: "nous nous préparons à la fin du duopole Airbus-Boeing"

Marvwan Lahoud a rappelé qu'Airbus Group veut augmenter la production d'A320 de 42 à 46 unités par mois.

Marvwan Lahoud a rappelé qu'Airbus Group veut augmenter la production d'A320 de 42 à 46 unités par mois. - -

Le directeur général délégué d'Airbus Group était l'invité de BFM Business, ce lundi 3 mars. Il a évoqué les perspectives de son groupe et a détaillé les difficultés que rencontre actuellement l'Eurofighter.

Après une année 2013 record en termes de commandes, Airbus doit désormais se focaliser sur l'exécution. L'avionneur européen, maintenant filiale d'Airbus Group (ex-EADS), a un carnet de commandes qui lui assure sept ans de production.

"Il ne faut pas se tromper sur l'opérationnel, c'est clair", a confirmé Marwan Lahoud, le directeur général délégué du groupe, invité ce lundi 3 mars de BFM Business.

En conséquence, Airbus Group a décidé d'augmenter les cadences. Ainsi la production d'A320 va passer de 42 à 46 appareils par mois, l'usine d'Hambourg devant fabriquer à elle seule 24 unités.

Un nouveau avionneur dans "une dizaine d'années"

"Ce sont des niveaux jamais atteints dans l'industrie", a reconnu Marwan Lahoud qui, bien que confiant, a pointé un risque pour son groupe.

"Nous essayons de travailler main dans la main avec notre chaîne de fournisseurs qui sont aussi des fournisseurs communs avec Boeing. Pour eux, l'augmentation de cadence est double: ils nous fournissent, ils fournissent Boeing, nous augmentons la cadence, Boeing augmente la cadence", a-t-il poursuivi.

Ce qui peut donner l'impression que Boeing et Airbus sont encore bien les deux leaders incontestés du marché. Mais "il ne faut pas se faire d'illusion", a tempéré Marwan Lahoud. "Nous nous préparons psychologiquement au fait qu'il y aura un ou deux nouveaux entrants sur le marché dans une petite dizaine d'années, ce qui peut paraître très long, mais vu les échelles de temps dans notre industrie, une dizaine d'années c'est demain matin", a-t-il expliqué.

Des compensations demandées à Berlin

Marwan Lahoud est également revenu sur les difficultés de l'Eurofighter, un avion de chasse concurrent du Rafale, produit par un consortium auquel appartient Airbus Group.

"L'Eurofighter est un avion acheté par les quatre pays (membres du consortium ndlr, c'est-à-dire l'Allemagne, l'Espagne, le Royaume-Uni et l'Italie) " a-t-il rappelé, ajoutant que contrairement au Rafale, l'Eurofighter "a été vendu à l'exportation en Arabie Saoudite et en Oman". Mais "le nombre de campagnes s'amenuise et il est de plus en plus difficile de vendre des avions de combat", a-t-il détaillé, reprenant les mots du président exéctif d'Airbus Group, Tom Enders.

Enfin, alors que le quotidien économique allemand Handelsblatt indiquait, la semaine dernière, qu'Airbus Group va demander 900 millions d'euros à Berlin pour avoir annulé une commande d'Eurofighter, Marwan Lahoud a expliqué que "le contrat (signé entre le gouvernement allemand et Airbus Group, ndlr) prévoit des compensations".

"Nous allons discuter avec le gouvernement allemand des compensations que nous souhaitions au vu du fait qu'annuler 37 Eurofighter, c'est impacter notre activité et celle de nos usines. Or l'usine Eurofighter est celle qui est le plus touchée par le plan social en cours".

J.M.