BFM Business

Lufthansa trouve un accord avec l'Etat allemand pour éviter la faillite

La compagnie aérienne allemande a bouclé avec le gouvernement allemand un plan de sauvetage composé notamment d'un prêt de 9 milliards d'euros.

Lufthansa et le gouvernement allemand sont parvenus à un accord sur un plan de sauvetage de 9 milliards d'euros qui verra l'Etat devenir le premier actionnaire du groupe avec 20% du capital, ont confirmé lundi les deux parties.

Les mesures, qui doivent encore être approuvées par la Commission européenne et une assemblée générale extraordinaire des actionnaires, prévoient un crédit garanti par Berlin de 3 milliards d'euros, l'achat d'actions pour 300 millions d'euros dans le cadre d'une augmentation de capital et une injection de fonds de 4,7 milliards d'euros sans droit de vote, détaille Lufthansa dans un communiqué.

140.000 salariés

La compagnie, qui emploie près de 140.000 personnes dans le monde, traverse une grave crise, avec environ 700 de ses 760 appareils cloués au sol, et plus de 60% de ses salariés au chômage partiel. En avril, elle a transporté moins de 3.000 passagers par jour, contre 350.000 avant la pandémie.

Sa capitalisation boursière a chuté à quelque 4 milliards d'euros, la rendant vulnérable à une acquisition. Et selon son directeur général Carsten Spohr, le groupe (qui comprend également Austrian Airlines, Brussels Airlines, Eurowings et Swiss) connaît une hémorragie d'"environ un million d'euros de liquidités par heure. Jour et nuit. Semaine après semaine".

La plupart des compagnies aériennes européennes ont appelé les pouvoirs publics à la rescousse face à la pandémie. L'Etat français va ainsi aider la compagnie Air France à hauteur de 7 milliards d'euros.

Olivier Chicheportiche avec AFP