BFM Business

Les mesures de sécurité renforcées dans les aéroports français

"Les contrôles aléatoires et les patrouilles de surveillance ont de nouveaux effectifs depuis ce mardi matin, à la suite d'une décision du gouvernement après les explosions survenues à Bruxelles."

La série d'explosions de ce mardi matin à Bruxelles, à l'aéroport puis dans le métro, ont conduit le gouvernement belge à relever le niveau de l’alerte anti-terroriste à son maximum. En France aussi, les mesures de sécurité ont été renforcées une nouvelle fois dans les grands aéroports.

Lors de la réunion d’urgence qui s’est tenue dans la matinée à l’Elysée, le Premier ministre, les ministres de la Défense et de l’Intérieur ont décidé de renforcer les patrouilles de surveillance militaires à Roissy-CDG et d’y mener des contrôles aléatoires sur les passagers à l’entrée de terminaux de Roissy. Au total, 1.600 policiers et gendarmes supplémentaires ont été déployés mardi dans les transports français, dont 400 en Ile-de-France, face à un niveau de menace jugé "extrêmement élevé", a précisé François Hollande. Des effectifs supplémentaires ont également été affectés à la surveillance des frontières.

Aéroport de Paris n'avait pas attendu les directives de l'État pour renforcer la sécurité de Roissy et d'Orly. Dès 9h30, ADP a mandaté des entreprises de sécurité pour renforcer les effectifs dans les deux aéroports parisiens et des chiens renifleurs d'explosifs y sont de nouveau en action. 

Pas de norme internationale

Il s’agit de mesures prises au cas par cas, il n’existe pas de norme internationale. L'obligation commune consiste à contrôler les bagages et les passagers avant leur montée dans l'avion. Mais pour ce qui est d’avant l’embarquement, c’est au bon vouloir de chacun. En France par exemple, tout commence après l'enregistrement des bagages. À aucun moment vous n'êtes contrôlés à l'entrée dans le terminal. Les contrôles se multiplient une fois que le passager est en train d’embarquer.

Là sont vérifiés les documents d’identité et les cartes d'embarquement, puis les passagers passent sous un portique pour détecter les masses métalliques et la présence d'objets interdits en cabine, comme les liquides, et les armes. Enfin, depuis quelques temps, des contrôles aléatoires sont menés sur des passagers afin de détecter la présence d'explosifs.

Risques de retards

À l'inverse dans des pays comme l'Inde, la Turquie ou encore la Tunisie, les portiques et tapis à rayon X sont installés à l'entrée des principaux aéroports. Le trafic à Roissy est certes plus important et cela risquerait de créer des retards en cascade. Autre explication possible: l'architecture de nos aéroports. Les entrées y sont multiples, sans oublier les arrivées par ascenseurs depuis les parkings souterrains.

Mathieu Sevin, édité par A.R.