BFM Business

Les marques de luxe n’ont jamais vendu autant de voitures

Rolls-Royce avec le Cullinan, Lamborghini avec l'Urus, les marques de luxe se lancent dans le SUV. De quoi booster encore un peu plus leurs ventes.

Rolls-Royce avec le Cullinan, Lamborghini avec l'Urus, les marques de luxe se lancent dans le SUV. De quoi booster encore un peu plus leurs ventes. - Top Gear - BBC

Rolls-Royce, Bentley, Ferrari, le segment de l’ultra-luxe ne s’est jamais aussi bien porté. L’arrivée des super-SUV devrait encore faire progresser les ventes.
"Les gens les plus riches sont de plus en plus riches. Ils sont de plus en plus nombreux. Et le poste qui croit le plus rapidement, où ils dépensent le plus, ce sont les voitures de luxe et d’ultra-luxe".

En une démonstration factuelle confiée au site spécialisé Automotive News, Andy Palmer, le directeur général d’Aston Martin, résume le boom des ventes enregistré ces dernières années par les marques de luxe, de Rolls-Royce, à Ferrari en passant par Lamborghini ou encore Bentley.

De l'exclusivité de moins en moins exclusive?

De 6475 véhicules en 2002, selon des chiffres fournis par le cabinet JATO Dynamics, Rolls-Royce, Bentley, Lamborghini, Ferrari, ou encore Aston Martin et McLaren ont écoulé 29.554 voitures l’an dernier (Chine compris cette fois). Et si l’exclusivité reste l’une de leurs marques de fabrique, la limitation volontaire des volumes de ventes ne semble plus aussi drastique qu’il y a quelques années.

Les constructeurs ont chacun misé sur une gamme étoffée, avec un produit d'appel comme la Huracan chez Lamborghini, ou la toute dernière Portofino chez Ferrari. Ils ont aussi joué pleinement la carte de la personnalisation, avec des séries spéciales, et des modèles conçus pour être adaptés au goût de chaque client, quel qu'en soit le prix (ce qui n'est pas vraiment un problème pour des propriétaires de Rolls-Royce ou de Ferrari).

Seule véritable limite pour le moment: les normes environnementales. Au-dessus d’un certain volume de production, les constructeurs ne sont pour l’instant pas soumis à la réglementation drastique pour limiter la pollution.

L'arrivée des 'superSUV'

Le tournant pris par ces constructeurs plus que haut de gamme vers les 'superSUV' devraient encore booster les ventes. En Europe, l’année dernière, pratiquement une voiture vendue sur trois était un SUV, aux Etats-Unis, ils représentaient 41% des ventes l'année dernière.

Bentley a donc le premier franchi le pas en 2016, avec le Bentayga, suivi l’année dernière par Lamborghini et l’Urus ou Maserati et le Levante. Rien qu’avec l’Urus, Lamborghini espère doubler ses ventes dès cette année, passant ainsi à 7000 voitures vendues.

L’offre s’intensifie dès cette année. Rolls-Royce a ainsi dévoilé ce jeudi le Cullinan, son tout premier SUV. Aston Martin a confirmé le même jour l’arrivée d’un SUV Lagonda électrique d’ici la fin de la décennie. Enfin, Ferrari travaillerait également sur un SUV estampillé du cheval cabré.

Devant cette avalanche de SUV, le cabinet JATO Dynamics s’interroge d’ailleurs sur la pérennité du segment des supercars. Rien qu’en Europe, depuis 2005, les ventes de ces supersportives sont restées stables, sous la barre des 50.000 exemplaires, alors que celles des grands SUV de luxe n’ont fait que grimper. En comptant les modèles premium de Porsche, BMW ou Mercedes, en 2017, 250.000 grands SUV ont été vendus.

Pauline Ducamp